• US Open
+
    Accueil US Open "Heureux" comme Federer

    « Heureux » comme Federer

    - il y a

    Conférence de presse de pré-US Open pour Roger Federer, hier. Le Suisse a abordé différents sujets avec les journalistes. Celui qui est revenu avant tout, c’est l’évolution de sa situation entre l’année dernière et aujourd’hui. Le voilà dans la peau de quasi-favori à l’attaque du dernier Grand Chelem de 2012.

    Des doutes, en 2010 et 2011 ?

    « Ces dernières années, je suis arrivé à l’US Open avec quelques défaites qui m’ont un peu secoué. Mais j’ai toujours su qu’à l’US Open, j’avais l’habitude de bien, bien jouer et que les choses se passent beaucoup mieux. J’ai de beaux parcours jusqu’en demi-finale ces deux dernières années. Deux sets à zéro, des balles de match… Il faut croire que je ne devais pas gagner. Si vous regardez les résultats que j’ai eu les deux années passées, vous verrez que j’ai été extrêmement près, en de nombreuses occasions, de me donner des chances de gagner des Grands Chelems. »

    La différence avec l’année dernière

    « Je me sentais bien, l’année dernière, mais j’avais parfois l’impression de ne pas contrôler mes rencontres. Cette année, j’ai l’impression que, si je joue bien, je peux décider du vainqueur ou du perdant du match. Mon adversaire devra réaliser quelque chose de spécial pour pouvoir gagner contre moi. Ce sont mes impressions actuelles, mais, encore une fois, je peux aussi sortir du court dès lundi en ayant perdu au premier tour. Je ne dois pas sous-estimer un seul de mes adversaires. C’est quelque chose que j’ai pu faire quand j’étais plus jeune et je ne le referai plus jamais.« 

    Ses objectifs cette année

    « Je suis juste très heureux de la manière dont je joue actuellement. Les objectifs de ma saison sont déjà atteints, j’ai récupéré la première place mondiale, j’ai gagné Wimbledon et une médaille aux JO. Ca a été incroyable. Mais j’ai encore ce dernier défi qui reste pour moi, en cette année où j’ai vraiment, vraiment voulu bien faire les choses. Et je ne pouvais pas être plus heureux que de revenir ici en tant que numéro un. C’est super excitant ! »

    Gagner des Grands Chelems…

    « Je sais évidemment que les gens pensent, en ce moment, que je peux gagner chaque Grand Chelem qui vient. Mais, si je ne gagne pas l’US Open, il penseront que je n’en gagnerai plus jamais un… C’est toujours la même histoire. Je suis juste content d’avoir réussi à remporté Wimbledon. Ca a montré à tous ce que je savais au fond de moi : si je joue bien, je peux gagner des tournois du Grand Chelem.«