AccueilUS OpenKim comme à la maison

Kim comme à la maison

-

« Merci beau­coup à vous de m’avoir tant soutenu. » Kim Clijsters est devenue la petite fiancée de l’Amérique, et même face à Venus Williams, la Belge avait la faveur du public. « Il y a eu beau­coup d’émo­tions, notam­ment lors du dernier jeu », avouait l’an­cienne numéro 1 mondiale. Victorieuse 6–0, 0–6, 6–4 de la numéro 3 mondiale, la jeune maman a vite retrouvé les habi­tudes du très haut niveau. « Ma défaite contre Jankovic m’a beau­coup aidée », a‑t‐elle avancé. « J’ai été capable de tenir dans le dernier set. C’est là, à Toronto, que j’ai compris que je pouvais me mesurer aux meilleures joueuses. »

Malgré tout, les vieux démons de Clijsters ont ressurgi alors qu’elle servait pour le match à 5–4. Trois fautes directes l’ont amenées à 15–40. « Je ne vous dirai pas ce qu’il s’est passé dans ma tête. Je me suis secouée. Mon bras pesait très lourd. Je me suis dit : « Écoute, ne lâche pas comme ça. Essaye juste d’être agres­sive et oblige la à faire des bons coups pour gagner. » »

La perfor­mance de Clijsters, désor­mais en quart de finale, fait l’una­ni­mité. « Je pense que beau­coup de personnes peuvent appré­cier. Combien de femmes dans le monde ont un enfant et essayent de le conju­guer avec leur carrière ? », a demandé Brian Lynch son mari. « Kim est déjà une joueuse du top 10, même si le clas­se­ment ne le montre pas », affirme même David Witt, parte­naire d’en­traî­ne­ment de longue date de Venus Williams. « Ce qu’il s’est passé aujourd’hui n’était une surprise aucune joueuse qui l’a déjà rencon­trée cette saison. »

Toujours touchée au genou, Venus n’a pas été à son sommet lors de premier grand rendez‐vous du tournoi féminin. « C’est frus­trant pour elle de venir et de ne pas être à 100% », a déclaré la mère de l’Américaine, Oracene Price. Mais la mater­nelle de la double lauréate de l’US Open louait le tennis et le compor­te­ment de la Belge. « Elle est revenue fraîche, rajeunie et enthou­siaste. Elle mesure la valeur de ce qu’elle fait plus qu’a­vant. » Venus rendait égale­ment hommage à son adver­saire. « Elle a très bien joué, très long. Elle a été très constante et agres­sive aux bons moments. »

La gagnante 2005 à New York rencon­trera Na Li en quart de finale, avant une possible somp­tueuse demi‐finale contre Serena Williams.