AccueilUS OpenMonfils, vraiment favori ?

Monfils, vraiment favori ?

-

Dernier rescapé du clan fran­çais, Gaël Monfils affronte Matteo Berrettini pour une place dans le dernier carré. Présentation.

Gaël Monfils est en forme. En grande forme. Opposé à Matteo Berrettini pour la première fois de sa carrière, le Parisien vise une deuxième demi‐finale à l’US Open (seul Cédric Pioline a fait aussi bien à New York pour le tennis fran­çais) qui pour­rait égale­ment le ramener dans le Top 10. Les mauvaises langues diront qu’il s’agit d’un bon tirage. Or, l’Italien est en pleine bourre et vient de coller trois sets à Andrey Rublev, le tombeur de Stefanos Tsitsipas et Nick Kyrgios. Le Transalpin est un joueur puis­sant qui impres­sionne par son physique si impo­sant. Le combat s’annonce intense face au Tricolore qui a déjà annoncé la couleur en tentant de calmer les ardeurs : « Je sais déjà ce que l’on va me dire concer­nant ce duel. Moi je sais juste que c’est un quart de finale et que cela va être un gros match. Le mec a quand même gagné deux tour­nois, il a battu mon pote Richie au premier tour, il est tête de série. En fait, c’est simple tant que tu ne joues pas Nadal, Djoko ou Roger (Federer) en quarts, ça y est, tu as de la chatte ! Y a d’autres gars ! »

Oui, Gaël Monfils est le favori de ce duel, lui qui a déjà l’ex­pé­rience de ce stade de la compé­ti­tion atteint à plusieurs reprises alors que l’Italien le découvre (il a mis fin à 42 ans d’attente pour l’Italie à New York en se quali­fiant pour les quarts). L’actuel 25e mondial décou­vrira égale­ment l’am­biance si parti­cu­lière du Stadium Arthur Ashe. Et puis le Parisien déçoit rare­ment lorsqu’il a un tableau ouvert. Lui‐même le recon­naît : « Quand on me dit que le tableau est ouvert, c’est rare que je déçoive. » Mais la méfiance est de mise. A lui simple­ment de saisir sa chance et de conti­nuer à rêver dans cet US Open où tout semble possible.