AccueilUS OpenMurray l'a mérité !

Murray l’a mérité !

-

L’écossais dispu­tera sa première finale de Grand Chelem après sa victoire sur Rafael Nadal, en ½ finale de l’US Open (6–2, 7–6[5], 4–6, 6–4). Murray a été tout simple­ment étin­ce­lant face au n°1 mondial, ce qui laisse augurer une grande finale face à Roger Federer.
Battre Rafael Nadal en le domi­nant dans l’échange et le jeu est un fait rare que vient de réussir Andy Murray. Le Britannique y a ajouté la manière, jouant un magni­fique tennis tout au long de ces deux jours de matches. Certes, le n°1 mondial n’était pas dans son assiette, sans doute fatigué par ces derniers mois de mara­thons victo­rieux à travers le monde. Mais cela n’en­lève en rien le mérite de cette victoire à Andy, qui a été supé­rieur à l’Espagnol durant tout le match.
Le natif de Dunblane a obtenu 20 balles de break (pour 4 conver­ties), contre seule­ment 3 (dont 2 conver­ties) à Nadal, ce qui est le reflet parfait de la domi­na­tion de l’écos­sais sur cette rencontre.
Cela avait commencé avec un premier set remporté haut la main, où il a profité de nombreuses fautes commises par Rafael Nadal. Au terme de la soirée d’hier, où Murray menait deux manches à rien, on ne donnait guère beau­coup de chances au Majorquin, inha­bi­tuel­le­ment brin­gue­balé de droite à gauche derrière sa ligne.
L’espoir de Nadal rési­dait dans ce break amorcé hier soir et converti ce dimanche dans la troi­sième manche, et qui lui a offert la possi­bi­lité de revenir à 2 sets à 1.  Le match s’an­non­çait plus dur pour le Britannique. Il fallait alors être costaud dans ce jeu au début du quatrième set, où sur le service de Nadal, Murray s’est procuré 7 balles de break, avant de perdre le jeu, puis sa mise en jeu juste derrière. Mais il a réussi à revenir, puis à recoller à 3–3 face à Nadal nette­ment plus en jambes ce dimanche, mais dont les efforts n’au­ront pas suffi à lui faire atteindre sa 3ème finale de Grand Chelem de la saison.Un physique défaillant, ajouté à la pile d’en face qui renvoyait toutes les balles, trou­vant les angles les plus fous, a eu raison du n°1 mondial, qui aura toute­fois réalisé son meilleur parcours à Flushing Meadows.
Alors que tout le monde rêvait d’une nouvelle finale Federer‐Nadal, histoire de remettre sur le devant de la scène la riva­lité entre les deux hommes, il ne faut en aucun cas être déçu de l’af­fiche offerte lors de cet US Open 2008. 
Entre les records que vise le Suisse, et qui ont longue­ment été exposés à travers divers articles sur WLT, et les espoirs que font naître les perfor­mances d’un Murray qui est devenu en cette année 2008 un GRAND du circuit, on ne devrait pas s’en­nuyer demain soir.
D’autant que Murray ne se présente pas en victime expia­toire face à Roger, fort de ses succès à Cincinnati et à Flushing Meadows. Et il pourra s’ap­puyer sur le fait qu’il mène deux victoires à une face au n°2 mondial, dont la dernière à Dubaï, en début d’année.
Il rêvera simple­ment de faire un brin mieux que son frère Jamie, qui a disputé et perdu il y a trois jours la finale du double mixte.
Et vous savez qui doit avoir le plus de regrets dans cette histoire ? Jurgen Melzer, qui au troi­sième tour a mené 7–6, 6–4 et jeu décisif dans le troi­sième set face à Andy, avant d’être éliminé en cinq sets. 
Comme quoi les belles histoires tiennent parfois à un fil.

Instagram
Twitter