AccueilUS OpenNadal - Del Potro, choc explosif

Nadal – Del Potro, choc explosif

-

La deuxième demi‐finale du tableau masculin a des allures de finale avant l’heure entre Rafael Nadal et Juan Martin Del Potro. Un duel qui s’annonce explosif.

« Je n’avais pas ma place en demi‐finale et Juan Martin aura une meilleure chance de battre Rafa. » Ces propos sont signés Roger Federer après sa défaite face à Juan Martin Del Potro. L’Argentin a impres­sionné pour sortir le maestro suisse en quarts de finale. Depuis son retour à la compé­ti­tion, celui que l’on surnomme la « Tour de Tandil » se sublime dans les grands rendez‐vous. Et encore plus à New York où il jouit d’un amour incon­di­tionnel du public. La forte colonie latino de la Big Apple joue un rôle impor­tant dans ce soutien, mais ce n’est pas la seule explication. 

Del Potro, le joueur que tout le monde aime !

« Del Po » est le joueur que tout le monde aime sur le circuit. Personne n’a pu rester indif­fé­rent à son combat pour revenir sur un court et simple­ment profiter de sa passion, le tennis. Justement, après sa victoire héroïque contre Dominic Thiem en huitièmes de finale, il a été inter­rogé sur pour­quoi il était si aimé du public : « Je pense que les gens ont apprécié les efforts que j’ai faits pour revenir et rejouer au tennis. Ils savent par où je suis passé avec mes problèmes de poignets. » Et Del Potro leur rend bien et il y trouve une force supplé­men­taire, un supplé­ment d’âme. Face à l’Autrichien, il a pensé aban­donner au deuxième set en raison d’une fièvre. Voyant le public le soutenir, il a continué : « J’ai vu le public qui voulait plus de tennis, plus de mes bons coups droits et services. J’ai pris toute l’énergie qui venait du public pour me battre jusqu’à la fin et ne rien lâcher. »

Où en est Nadal ?

Juan Martin Del Potro est comme ça, il aime donner et rendre cet amour. Et cela le trans­cende dans les grands matchs. Ça tombe bien, un énorme l’attend en demi‐finale de l’US Open face à Rafael Nadal. Un duel qui fait saliver quand on se souvient de leur dernier affron­te­ment en demi‐finale des Jeux Olympiques de Rio en 2016. Un combat de titans (5–7, 6–4, 7–6(5)) remporté par… Del Potro ! Au regard de sa perfor­mance face à Roger Federer, JMDP est prêt à relever le défi. Son coup droit part (comme toujours) à toute vitesse et il tient de mieux en mieux en revers. Cette diago­nale sera une des clés du match. En revanche, qu’en est‐il de Rafael Nadal ? Après des premiers tours où il avait du mal à se mettre en route en cédant le premier set, l’Espagnol s’est promené lors de ses deux derniers matchs (Alexandr Dolgopolov et Andrey Rublev). Il arrive dans le dernier carré sans avoir affronté un membre du Top 50. Difficile donc de le jauger. Mais Rafa marche à la confiance, en gagnant des matchs, ce qu’il fait actuellement…

Leur parcours jusqu’en demi‐finales…

Juan Martin Del Potro :

T1 : bat Laaksonen (6–4, 7–6(3), 7–6(5))

T2 : bat Menendez‐Maceiras (6–2, 6–3, 7–6(3))

T3 : bat Bautista Agut (6–3, 6–3, 6–4)

18 : bat Thiem (1–6, 2–6, 6–1, 7–6(1), 6–4)

14 : bat Federer (7–5, 3–6, 7–6(8), 6–4)

Rafael Nadal :

T1 : bat Lajovic (7–6(6), 6–2, 6–2)

T2 : bat Daniel (4–6, 6–3, 6–2, 6–2)

T3 : bat Mayer (6–7(3), 6–3, 6–1, 6–4)

18 : bat Dolgopolov (6–2, 6–4, 6–1)

14 : bat Rublev (6–1, 6–2, 6–2)

Juan Martin Del Potro sur Rafael Nadal…

« Ce sera un match diffé­rent du passé. Il est numéro 1 mondial et je suis très heureux pour lui car il le mérite. Il joue très bien et il est en confiance. Comme il est gaucher, il trou­vera faci­le­ment mon revers. Je vais essayer de faire des coups gagnants avec mon coup droit et ne pas trop courir car mes jambes sont fati­guées (rire). J’aime jouer contre lui quand je suis dans de bonnes condi­tions. Ce n’est pas vrai­ment le cas en ce moment, alors on verra ce qui arrivera. »

Rafael Nadal sur Juan Martin Del Potro…

« Del Po est un top joueur. Quand il joue bien, il est très diffi­cile à arrêter. Son coup droit est proba­ble­ment le meilleur du circuit. Si on le laisse jouer en bonnes posi­tions avec son coup droit, on est « mort ». Il devient inarrêtable. »

Bilan du H2H…

De votre envoyé spécial à New York