AccueilUS OpenRaducanu ou l’état de grâce

Raducanu ou l’état de grâce

-

Jamais que ce soit chez les dames ou chez les messieurs, un athlète n’était parvenu en finale d’un tournoi du Grand Chelem en ayant du passer par les qualifications. 

Dans cette finale plus qu’inédite, Emma Raducanu a imposé sa loi face à Leylah Fernandez en rempor­tant ses 19e et 20e sets de suite du tournoi : 6–4, 6–3.

Mais tous les passionnés se rappel­le­ront long­temps de cette fin de match tout à fait hale­tante avec notam­ment un arrêt médical presque obli­ga­toire, Emma s’étant blessée au genou sur une glis­sade alors qu’elle était menée sur son service (30–40, 5–4). Auparavant, Leylah avait sauvé deux balles de match sur son enga­ge­ment à 2–5.

Ce qui est impres­sion­nant chez la Britannique, c’est qu’elle ne donne jamais l’impression de forcer. Durant ce duel, elle a toujours été devant en s’appuyant sur sa première balle mais aussi sur sa capa­cité à déborder en trois ou quatre coups une adver­saire un peu moins explo­sive qu’aux tours précédents.

Ce succès est un vrai séisme après une quin­zaine de folie où le tennis féminin est sorti d’un certain marasme tech­nique pour nous proposer le meilleur. 

Emma Raducanu a défi­ni­ti­ve­ment marqué l’histoire de ce sport en soule­vant le trophée à 18 ans sans perdre un set, en étant 150e mondial, et en ayant jamais remporté le moindre titre sur le circuit avant cet exploit…

Maintenant, la vraie énigme est de savoir si Emma Raducanu va confirmer cette ascen­sion fulgu­rante. Ce sera aussi le cas pour Leylah Fernandez qui, bien que vaincue, devra elle aussi asseoir sa place au plus haut de la hiérar­chie mondiale. 

On a déjà hâte de revoir ces deux « comètes » à l’Open d’Australie.

Instagram
Twitter