AccueilUS OpenSafina également sortie

Safina également sortie

-

Après Maria Sharapova, c’est au tour de Dinara Safina d’être sortie de l’US Open, qui a vécu une sixième de journée de folie. Celle des grands matchs, des surprises, des inat­tendus. La numéro 1 mondiale a été éliminée par Petra Kvitova, 6–4, 2–6, 7–6(5), malgré trois balles de match.


Dinara Safina n’était arrivée sous les meilleures auspices à l’US Open, mais delà à penser qu’elle serait éliminée dès le troi­sième tour par la 72ème joueuse mondiale, il y avait un gouffre que l’on n’ima­gi­nait pas. Et pour­tant, la Russe, dont la tournée améri­caine a été mi‐figue, mi‐raisin, a connu une surpre­nante défaite en session nocturne sur le court Louis Amstrong.

Défaite 6–4, 2–6, 7–6(5), la numéro 1 mondiale a manqué trois balles de match sur le service de son adver­saire, alors que celle‐ci servait pour gagner le droit de disputer un jeu décisif. Petra Kvitova a sorti la boîte à coups gagnants, avec un revers, un service et un coup droit gagnants, syno­nymes de son sang froid et sa déter­mi­na­tion face à la patronne de la WTA. La Tchèque rencon­trera la Belge Yanina Wickmayer pour une place en quart de finale à New‐York.

Pour Dinara Safina, les tour­nois du Grand Chelem auront été bien cruels avec elle. Trois défaites cinglantes, en finale de l’Open d’Australie et de Roland Garros, puis en demi‐finale de Wimbledon, et enfin cette élimi­na­tion en forme d’hu­mi­lia­tion pour une joueuse qui espère tant gagner un tournoi majeur, mais dont le tennis et les nerfs restent comprimés dans les moments à haute tension. Pourtant la Russe a gagné un point de plus que son adver­saire, 105 contre 104, mais a vu la Tchèque faire le jeu à sa place. 47 coups gagnants et 59 fautes directes pour Kvitova, contre 17 coups gagnants et 39 fautes non provo­quées, dont 9 double fautes, pour la Russe, des statis­tiques qui ont montré l’in­ca­pa­cité de Safina à diriger le jeu. Un non‐sens pour la numéro 1 mondiale.

Article précédentSH – Robredo éteint Blake
Article suivantBlake, la classe