AccueilUS OpenSD - Clijsters, une hallucination

SD – Clijsters, une hallucination

-

En domi­nant en deux sets Caroline Wozniacki (7–5, 6–3), Kim Clijsters signe un exploit hallu­ci­na­toire. C’est sans nulle doute l’un des come‐back les plus extra­va­gants de toute l’his­toire du sport. D’autant que cet exploit a été réalisé après une série de perfor­mances de très haut niveau face aux meilleures joueuses du monde. Logique donc que Kim soit tombée à genoux après une balle de match résu­mant parfai­te­ment la hargne, et la comba­ti­vité de cette championne. 

C’est sous les yeux de sa petite fille que Kim Clijsters a remporté son deuxième titre du Grand Chelem, ici à New‐York, là où elle s’était déjà imposée il y a 4 ans. Paradoxalement, même s’il avoua avoir été très nerveuse avant le début de ce duel, c’est Kim qui a mené cette finale. Une qualité qui au début de sa carrière n’avait jamais été d’ac­tua­lité. On avait d’ailleurs parlé à cette époque de « syndrôme » puisque la joueuse belge toujours héroïque et combat­tante semblait alors pétri­fiée lors­qu’il s’agis­sait de gravir la dernière marche. En effet, il a fallu attendre 4 finales perdues dont 2 à Roland Garros (2001, 2003) pour voir enfin Kim soulever un trophée en 2005 à Flushing Meadow où elle domi­nait notre trico­lore Mary Pierce. 
Aujourd’hui ce passé est plus qu’ef­facé puisque Kim commence une deuxième carrière. Une deuxième carrière qui pour­rait être encore plus belle que la première. Plus sereine, fraîche, jouant fina­le­ment sans pres­sion, elle a su préparer son retour avec minutie évitant par exemple de s’ali­gner trop vite et notam­ment à Wimbledon où elle se contenta d’une exhi­bi­tion. On aura tendance à dire aussi ce matin que c’est main­te­nant plutôt une troi­sième carrière qui l’at­tend. Ses objec­tifs risquent d’ailleurs d’être encore plus élevés que par le passé. 
Tout cela met du punch à un circuit féminin qui cher­chait des leaders, tout ceci devrait aussi peut‐être convaincre Justine Henin de revenir sur le devant de la scène. Même si les deux filles n’étaient pas les meilleures amies du monde, l’exemple de Kim, peut apporter quelques assu­rances à Justine. 
Nous, on parie sur un Open d’Australie avec les deux belges dans le tableau final, cette fois c’est Justine qui sera wild card, alors que Kim ne devrait pas être loin du podium de la WTA. Nos voisins belges retrou­vraient alors leurs cham­pionnes déjà suivies par des petites jeunes comme Wickmayer.