AccueilUS OpenUn immense Tiafoe fait tomber Nadal de son nuage

Un immense Tiafoe fait tomber Nadal de son nuage

-

« Je pense que je peux le battre », disait Frances Tiafoe à propos de Rafael Nadal en confé­rence de presse après sa victoire au troi­sième tour face à Diego Schwartzman.

Et sans trem­bler, l’Américain à lier les actes à la parole.

Concentré, appliqué et surtout déter­miné, Frances a réalisé un vrai petit exploit ce lundi à l’oc­ca­sion des huitièmes de finale de l’US Open. Il a tout simple­ment battu l’homme aux 22 tour­nois du Grand Chelem et surtout celui qui était invaincu dans cette caté­gorie de tournoi en 2022 (lauréat de l’Open d’Australie, de Roland‐Garros et contraint au forfait avant sa demi‐finale face à Kyrgios à Wimbledon).

Dès l’en­tame de la rencontre, Tiafoe semble comme habité par une force. Faisant plus que riva­liser avec l’Espagnol, il finit par breaker lors du septième jeu sur sa première et unique occa­sion. Un schéma que Rafa connaît plutôt bien étant donné qu’il s’est retrouvé dans la même situa­tion au premier et deuxième tour face à Hijikita et Fognini.

Logique donc qu’il s’empare du deuxième set en surgis­sant au meilleur des moments, à 5–4, service Tiafoe, presque contre le cours du match. Mais toujours avec cette même hargne et justesse dans les moments importants.

Tout est donc à refaire pour Frances. Mais comme dans la première manche, il parvient à subti­liser la mise en jeu de Nadal lors du septième jeu et passe de nouveau en tête dans ce match de très bonne facture où les serveurs reste souverains. 

Secoué, l’Espagnol doit sauver une balle de break d’en­trée de quatrième manche avant de prendre le service de son adver­saire à 2–1 alors qu’il semblait vrai­ment mal en point. La faute notam­ment à un service défaillant (neuf doubles fautes) et une atti­tude un peu trop défen­sive carac­té­risée par un nombre de slice trop impor­tant pour inquiéter un puncheur du calibre du 26e joueur mondial. 

Devant à 3 jeux à 1, Nadal ne rempor­tera plus aucun jeu de service et même plus aucun du tout en concé­dant la baga­telle de cinq jeux de rang face à un Américain tota­le­ment déchaîné.

Trop fébrile donc pour empê­cher Frances d’ac­céder au deuxième quart de finale en Grand Chelem de sa carrière. Une sublime victoire, 6–4, 4–6, 6–4, 6–3, après 3h30 d’un match de très haut niveau.

Souvent critiqué pour son côté trop shwoman et ses facé­ties en match, Tiafoe a cette fois démontré à ses détrac­teurs qu’il pouvait lui aussi gagner des grands matchs et se montrer solide de bout en bout face à des légendes. Une perfor­mance XXL !

Pour une place en demi‐finale, l’Américain, qui sera désor­mais soutenu par tout un stade, défiera Andrey Rublev, facile tombeur de Cameron Norrie.