AccueilUS OpenWickmayer, au nom du père

Wickmayer, au nom du père

-

Interrogée par le quoti­dien belge La Dernière Heure, Yanina Wickmayer ne réali­sait pas encore. La Belge s’est quali­fiée pour les demi‐finales de l’US Open en battant Kateryna Bondarenko, 6–4, 7–5, après avoir dû sauver une balle de 5–1 dans la deuxième manche.

Vous rendez vous compte de ce que vous êtes en train de réaliser ici ?

Je n’ai pas de mots pour décrire ce que je vis. Je suis ravie de la manière dont j’ai joué ce match. C’est la première fois de ma carrière que je reste plus long­temps qu’une semaine sur un tournoi. Cela fait telle­ment bizarre. (sourire)

Ce match contre Bondarenko, était‐ce votre meilleur depuis le début du tournoi ?

Avec celui contre Errani, oui. Je m’étais vrai­ment bien préparée pour ce rendez‐vous. J’avais été m’échauffer dans le stade Arthur dans la matinée pour me faire une idée des condi­tions et j’avais été impres­sionnée par la majesté des tribunes. Je suis très bien entrée dans la partie et cela m’a beau­coup aidé.

Initialement, au fond, quand aviez‐vous réservé votre vol de retour pour la Belgique ?

Pour ce jeudi, il faut d’ailleurs que je demande à mon père de le reporter. (sourire)

Vous prenez‐vous désor­mais à rêver d’une éven­tuelle finale ? Et pour­quoi pas contre Kim ?

C’est fantas­tique que nous soyons là toutes les deux. J’ai beau­coup appris de la manière dont Kim a géré sa carrière. Je me souviens avoir vu sa finale à Roland Garros à la télé­vi­sion alors qu’elle n’avait que 17 ans. Elle et Justine ont été de grandes sources d’ins­pi­ra­tion. Maintenant, nous allons toutes deux au devant d’un match très diffi­cile. Oudin fait le tournoi de sa vie comme moi et Wozniacki joue aussi très bien.

Vous avez aussi beau­coup parlé de votre père. Quel impact a‑t‐il eu pour vous ici ?

Si je suis là aujourd’hui, c’est à lui que je le dois.. Je pense que je ne pourrai jamais le remer­cier pour tout ce qu’il a fait, même si j’es­père qu’avec mon acces­sion en demi‐finale, je peux lui montrer ma recon­nais­sance. Cet exploit est pour lui.

Article précédentLa 22ème de Federer
Article suivantImpressionnée par Serena