Accueil We Love Tennis Mag Gilles Simon (2) : « Federer a peur, on a tous peur »

Gilles Simon (2) : « Federer a peur, on a tous peur »

-

Voici le deuxième extrait de notre entre­tien avec Gilles Simon qui devait être publié dans notre numé­ro 76 de We Love Tennis Mag. Les réponses de Gilles nous per­met­tront d’ou­vrir le débat avec nos inter­ve­nants durant cette semaine.

Dans ton livre, tu expliques aus­si que les médias tri­co­lores ne sont pas bons, qu’ils ne com­prennent pas le ten­nis ? Alors où est‐ce que l’on com­prend vrai­ment le ten­nis ?
Je dirais en Espagne car là bas on parle de zone, de tac­tique. On ne se foca­lise pas uni­que­ment sur le fameux beau jeu. C’est aus­si le cas en Serbie, Croatie où avec peu de moyens ces pays par­viennent tou­jours à sor­tir des joueurs incroyables.

Parlons en des moyens, les Tricolores sont‐il pas dans un confort trop impor­tant ?
C’est encore un cli­ché ça, qui per­dure, c’est comme le joueur fran­çais fai­néant qui ne s’en­traine pas, ou mal, alors même que per­sonne ne vient nous voir à l’en­trai­ne­ment justement.

Tu exprimes aus­si l’i­dée que le men­tal n’a jamais été une matière que tu as tra­vaillé alors même que pour toi c’est deve­nu essen­tiel..
J’y suis venu tard mais cela a été une aven­ture excep­tion­nelle. Il est évident que se connaître consti­tue une force sup­plé­men­taire pour par­ve­nir à être per­for­mant. Avoir peur dans un match c’est nor­mal, or on ne nous l’ex­plique pas. C’est aus­si pour cela que je prends l’exemple de Roger qui explique que lui aus­si a peur. On a tous peur. C’est logique. Alors c’est vrai que sue ce sujet, cela a un peu évo­lué mais je crains que là aus­si on s’y inté­resse sans s’y inté­res­ser vrai­ment, profondément.

Instagram
Twitter