Wimbledon
Bouchard-Halep, inédites, oui, mais attendues

Ce sera donc la deuxième demi-finale côté féminin à Wimbledon. Tombeuse facile de Sabine Lisicki sur le score de 6-4 6-0, Simona Halep retrouvera la nouvelle star Eugénie Bouchard dans le dernier carré. La Canadienne a elle vaincu Angelique Kerber 6-3 6-4. Ce sera leur première à chacune à Wimbledon, mais les voir ici n'est plus une surprise...


L'avenir est en marche en cette année 2014, et il est de plus en plus incarné par deux femmes : Simona Halep et Eugénie Bouchard. Les deux femmes ont des trajectoires un peu différentes, certes. La Roumaine est là depuis quelques temps et a fini par exploser l'an dernier avec une flopée de titres dans l'escarcelle jusqu'à sa première finale en Grand Chelem à Roland Garros et une place de numéro 3 mondiale. La Canadienne progresse plus lentement, ne se montrant pas flamboyante sur le circuit mais en revanche monstrueuse depuis janvier en Grand Chelem avec trois demi-finales à Melbourne, Roland et maintenant Wimbledon. Leur présence n'est pas usurpée, mais elle est forcément inédite.

Une demie nouvelle génération

C'est la première fois en effet qu'elles se retrouvent chacune dans le dernier carré du sacro-saint Wimbledon. Là où l'on attendait Maria Sharapova, Serena Williams ou Agnieszka Radwanska, seule Petra Kvitova, qui affrontera Safarova, fait figure "d'ancienne" en tant que vainqueur de l'édition 2011. Eugénie Bouchard est très forte, certes, mais chacun la voyait chuter face à Sharapova en quarts, ce qui, faute de qualification de la Russe, n'est pas arrivé. Simona Halep est probablement une joueuse incroyablement solide, oui, mais le gazon n'est pas la surface qui sied le mieux à son jeu. Sauf que tout ça n'a pas eu de prises sur elle. Sabine Lisicki, finaliste de la saison dernière, peut en témoigner, elle qui s'est littéralement faite rouler dessus par la Roumaine. A l'heure actuelle, on ne saurait même pas dire quelle sera la favorite de cette grande demi-finale qui promet. Mais quoiqu'il en soit, on peut désormais dire qu'une génération est en train de prendre le pas sur l'autre. Lentement, certes, puisque les deux derniers Grand Chelems ont été remportés par des femmes expérimentées. Mais sûrement...