AccueilWimbledonCilic - Federer, dernière bataille pour une (re)conquête

Cilic – Federer, dernière bataille pour une (re)conquête

-

Roger Federer et Marin Cilic s’af­frontent ce dimanche finale de Wimbledon. Une affiche fina­le­ment logique entre le favori avant le début de la quin­zaine, Federer, et l’un des plus sérieux outsi­ders, Cilic. Si le Croate n’a remporté qu’un seul duel face au Suisse, il est le seul à avoir donné l’im­pres­sion de pouvoir briser son rêve d’un huitième titre à Londres. Présentation d’une finale qui promet des étincelles.

Federer, enfin le huitième sacre ?

« Je ne vois rien qui indi­que­rait que Roger vieillit. L’âge et le temps sur le circuit ne l’affectent pas. Si vous regardez les autres joueurs de 35 ou 36 ans, vous voyez clai­re­ment que l’âge les affecte dans leur manière d’être sur le court. Roger, ce n’est pas du tout le cas. » Après son élimi­na­tion en demi‐finales, Tomas Berdych était simple­ment bluffé par Roger Federer. Le Suisse, qui fêtera le 8 août prochain ses 36 prin­temps, ne cesse de défier le temps et d’affoler les comp­teurs. Devenu le deuxième joueur le plus âgé (35 ans et 342 jours) à se hisser en finale de Wimbledon après Ken Rosewall (39 ans et 246 jours), le Bâlois l’a fait comme un gamin de 20 ans, sans perdre un seul set et surtout avec une fraî­cheur et le physique d’un jeune premier. Finalement, plus le temps passe et plus « RF » donne l’impression de rajeunir tel Benjamin Button. Arrivé dans l’in­connu en janvier après une coupure de six mois (une première dans sa carrière), il connaît et maîtrise à la perfec­tion ce gazon qu’il chérit tant. Mais son ultime adver­saire, Marin Cilic, sera redou­table, surtout que l’ancien numéro 1 mondial se souvient parfai­te­ment de ce soir de septembre 2014 à l’US Open où le Croate marchait sur l’eau, en réus­sis­sant tout ce qu’il entre­pre­nait. Alors que faire en finale ? L’actuel numéro 5 mondial livre un début de réponse dans les colonnes de La Tribune de Genève : « Je vais devoir jouer offensif, ne pas lui laisser de temps. Il va falloir être créatif, inspiré… » Ça tombe bien, depuis le début de la quin­zaine, il l’est. Mais ce n’est pas tout. A chaque tour ou presque, il établit un nouveau record. Dimanche, c’est l’objectif ultime de son retour qu’il va tenter de cher­cher. Après avoir échoué en 2014 et 2015, il tentera de remporter un huitième titre au All England Club, syno­nyme de 19e sacre en Grand Chelem. Ça tombe bien, Wimbledon est domi­cilié à SW19…

Cilic, aux bons souve­nirs de 2014

Marin Cilic est‐il meilleur que lors de sa victoire à l’US Open en 2014, lors­qu’il avait battu sèche­ment Roger Federer en demi‐finale ? Voici la ques­tion qui revient sur toutes les lèvres à l’ap­proche de la finale londo­nienne. Il paraît compliqué d’y répondre tant la confi­gu­ra­tion est diffé­rente. Lorsqu’il décroche sa seule couronne en Grand Chelem et son unique victoire contre le Suisse, personne n’at­tend le Croate qui semble touché par la grâce. Aujourd’hui, la donne est toute autre. Le numéro six mondial est logi­que­ment en finale, il est à sa place au vu de son parcours. Déjà très convain­quant au Queen’s, celui qui avait obtenu des balles de match contre Roger Federer ici‐même l’an dernier a assumé son statut. Un statut de favori arboré tout au long d’un tournoi dans lequel il a évité Rafael Nadal et Andy Murray, qui ont laissé place à Gilles Muller et Sam Querrey en quarts et demi‐finales. Si le natif de Međugorje n’a pas été impé­rial, il a fait le néces­saire, notam­ment au service, secteur dans lequel sa soli­dité n’est plus à démon­trer. Marin Cilic devra néan­moins élever son niveau de jeu s’il veut espérer remporter son premier titre à SW19 au terme d’une finale dont il n’a la faveur, cette fois‐ci, ni des pronos­tics, ni du public. Le Croate croit en ses chances même s’il compare ce qui l’at­tend à « une montagne à gravir ».

Leur parcours jusqu’en finale…

Roger Federer :

T1 : bat Dolgopolov 6–3, 3–0 ab.

T2 : bat Lajovic 7–6(0), 6–3, 6–2

T3 : bat M.Zverev 7–6(3), 6–4, 6–4

18 : bat Dimitrov 6–4, 6–2, 6–4

14 : bat Raonic 6–4, 6–2, 7–6(4)

12 : bat Berdych 7–6(4), 7–6(4), 6–4

Marin Cilic :

T1 : bat Kohlschreiber 6–4, 6–2, 6–3

T2 : bat Mayer 7–6(2), 6–4, 7–5

T3 : bat Johnson 6–4, 7–6(3), 6–4

18 : bat Bautista Agut 6–2, 6–2, 6–2

14 : bat Muller 3–6, 7–6(6), 7–5, 5–7, 6–1

12 : bat Querrey 6–7(6), 6–4, 7–6(3), 7–5

Bilan du H2H…

Maxime Perriot et Loïc Revol