AccueilWimbledonCornet : "Ce que personne ne sait, c'est qu'à Roland-Garros, de grands...

Cornet : « Ce que personne ne sait, c’est qu’à Roland‐Garros, de grands joueurs ont été impliqués dans une véritable épidémie de Covid et que tout le monde a accepté de ne pas se faire dépister »

-

Qualifiée pour le deuxième tour de Wimbledon après une victoire solide face à la Kazakh Putintseva (6–3, 7–6), Alizé Cornet s’est exprimée pendant de longues minutes sur les tests posi­tifs au Covid qui ont fait l’ac­tua­lité ces dernières heures, notam­ment dans le tableau masculin avec les forfaits de Cilic et Berrettini.

Et la Niçoise espère que les menta­lités vont évoluer avec une maladie de plus en plus inof­fen­sive mais qui peine malheu­reu­se­ment à rentrer des les moeurs, et ce pour diffé­rentes raisons.

« On a payé le prix, on a été pendant un an et demi en bulle, on s’est tous fait vacciner… c’est bon, à un moment donné il faut aussi être un peu cohé­rent sur la manière de procéder. Ca fait partie de notre vie le Covid, c’est comme ca. Il y a des joueurs qui le chopent au mauvais endroit. Je trouve que la psychose serait vrai­ment mal placée à ce niveau‐là alors que, ca y est, on a mangé notre pain noir main­te­nant, et j’es­père que c’est à peu près derrière nous. Ca engendre peut‐être de nouveau des ques­tion­ne­ments qui n’ont pas lieu d’être. Quand un joueur se retire, bon voilà, il devrait se dire ‘je suis malade’, point barre. Ca va desservir poten­tiel­le­ment tout le tableau et tous les joueurs. Tout le monde a eu le covid sans le savoir. Ce que personne ne sait, c’est qu’à Roland‐Garros, de grands joueurs ont été impli­qués dans une véri­table épidémie de Covid et que tout le monde a accepté de ne pas se faire dépister. J’étais inquiète de ce que cette infor­ma­tion pour­rait générer lors­qu’elle serait rendue publique. Quand on voit que Krejcikova s’est retirée en disant ‘j’ai le covid’ et que tout le vestiaire est malade, on a peut‐être toutes eu la grippe ou le « truc » mais voilà, on a trois symp­tômes, la gorge qui gratte et puis on joue, tout va bien et ca va. Il y a eu un accord tacite entre nous. On ne va pas s’auto‐tester pour se mettre dans la merde, il faut être logique. »