AccueilWimbledonDjokovic beaucoup trop fort

Djokovic beaucoup trop fort

-

Mais qui peut arrêter Novak Djokovic ? Pas Tomas Berdych appa­rem­ment… Le Serbe s’impose sans trem­bler 7–6(5) 6–4 6–3 en 2h15 . Il retrou­vera Juan Martin del Potro en demi‐finale à Wimbledon.

« Payback time » comme le disent si bien nos voisins anglo­phones. Aujourd’hui était l’heure de la revanche. Un peu comme à l’image de sa saison. Novak Djokovic met un point d’honneur à donner une bonne leçon à ceux qui l’ont fait tomber dans le passé. C’est ainsi que Grigor Dimitrov et Tommy Haas l’ont appris à leurs dépens. Don’t mess with Nole. Tomas Berdych était pour­tant un adver­saire de valeur. Victorieux de leur unique confron­ta­tion sur gazon, ici‐même en 2010, il s’avançait vers le numéro un mondial avec la stature d’outsider sérieux. Ben voyons…

Pourtant le début de match laisse espérer le combat tant attendu. Berdych répond présent et tient la dragée haute à Djokovic. C’est même lui qui fait le jeu. Il est plus à l’aise dans l’échange et met litté­ra­le­ment Nole à terre à plusieurs reprises sur des contre‐pieds bien sentis. Sans un service perfor­mant – 9 aces pour la seule première manche – Djoko aurait pu être inquiété. Mais c’est bien lui qui se procure les occa­sions. Plus oppor­tu­niste. Il échoue néan­moins à quatre reprises à faire le break. La déci­sion se fait donc au jeu décisif… Remporté par Djokovic 7 points à 5 ! Auteur de quelques fautes directes, le Tchèque laisse échapper la première manche.

Le deuxième acte commence tambours battants pour Berdych qui réalise le double break d’entrée ! La faute aussi, à une petite baisse de régime du Serbe. Mené 3–0, il se recon­centre pour fina­le­ment remporter les quatre jeux suivants. Le rapport de force s’engage à nouveau entre les deux hommes. Mais pas pour très long­temps. A 5–4 en sa faveur, Djokovic réalise fina­le­ment un nouveau break pour remporter la seconde manche assez faci­le­ment fina­le­ment. Enfin en appa­rence. C’est juste que le numéro un mondial joue très bien et surtout très juste. Incisif dans ses frappes, très mobile et surtout inspiré lorsqu’il s’agit de varier. Le Tchèque doit faire des pieds et des mains pour marquer un petit point face à la muraille serbe. Conséquence directe, il dégou­pille par moment, offrant des points gratuits à son adver­saire… Chose dont il n’a guère besoin.

La troi­sième manche, s’apparente presque à une mise à mort avec un Berdych aux abois… On ne peut pas trop lui en vouloir, tant la pers­pec­tive de batailler face à un Djokovic en pleine posses­sion de ses moyens lorsque l’on est mené deux sets à zéro, n’est pas vrai­ment joyeuse. Le numéro un mondial produit son effort au début du set. Il break le Tchèque à 2–1. Avantage qu’il conser­vera jusqu’à la fin. Tomas n’a pour­tant rien lâché sur ses mises en jeu, mais impos­sible d’aller titiller Djoko sur son service. Car le numéro un mondial a trop bien servi aujourd’hui : 16 aces pour une seule double faute, 61% de premières pour 78% de points gagnés derrière celle‐ci. 36 coups gagnants pour 13 fautes directes, la parti­tion frôle la perfec­tion pour le Serbe. Il s’impose donc 7–6(5) 6–4 6–3 en 2h15.

D’où la ques­tion, qui pourra arrêter Novak Djokovic ? Juan Martin del Potro ? Pas sûr. L’Argentin a évidem­ment marqué les esprits en élimi­nant David Ferrer en trois petits sets, mais, sans faire injure au Valencian, ils n’évoluent pas au même niveau, surtout sur gazon. D’autant que Del Potro gardera sûre­ment des séquelles de sa chute du début de match contre Ferrer… Alors peut‐être Andy Murray ? Et encore… Même si l’Ecossais est en pleine bourre, il se pour­rait qu’il se prenne une sacrée gifle devant son public si Novak continue à jouer de la sorte. Car Berdych, il ne faut pas s’y tromper, était réel­le­ment un adver­saire de valeur aujourd’hui… Seulement actuel­le­ment, Djokovic fait tout mieux que tout le monde, surtout en Grand Chelem. Seul un Rafael Nadal au firma­ment lors d’un match héroïque aura réussi à faire chuter le numéro un mondial à Roland Garros. En se quali­fiant pour les demi‐finales, Novak Djokovic rappelle, si besoin est, qu’il faudra lutter avec lui pour le titre final. Ses adver­saires sont prévenus…