AccueilWimbledonFederer, un nouveau rendez-vous pour l'histoire

Federer, un nouveau rendez‐vous pour l’histoire

-

Moins impres­sion­nant que lors des tours précé­dents mais parti­cu­liè­re­ment solide dans les moments impor­tants, Roger Federer retrou­vera la finale de Wimbledon après avoir battu Tomas Berdych en trois manches accro­chées, 7–6(4), 7–6(4), 6–4 après 2h18 de jeu. Le Suisse dispu­tera sa 11e finale de Wimbledon, la 29e en Grand Chelem, face à Marin Cilic, tombeur aupa­ra­vant de Sam Querrey. Il tentera de devenir le premier joueur de l’ère Open à remporter à huit reprises le Grand Chelem londonien.

C’était prévu, il a répondu présent. Grandissime favori, Roger Federer a écarté Tomas Berdych en demi‐finales de Wimbledon. Loin d’avoir livré son meilleur match de la quin­zaine, le Suisse a su boucler l’affaire en trois sets, 7–6(4), 7–6(4), 6–4, et après 2h18 de jeu. Pourtant, la rencontre débute idéa­le­ment avec un break rapide suite à un coup droit de volée à 2–2. Le Bâlois se décon­centre sur un jeu de service et le Tchèque revient à sa hauteur (4–4). Le match devient alors plus tendu et les deux joueurs s’échangent quelques cadeaux (8 fautes directes pour Federer sur le premier set sur ses 20 et 10 pour Berdych sur ses 19). Lors du jeu décisif, le maestro s’appuie sur son service pour prendre les commandes.

Federer effi­cace dans les moments importants

Dans la deuxième manche, les deux prota­go­nistes ont des occa­sions de break qu’ils ne parviennent pas à conclure. Comme au premier acte, l’ancien numéro 1 mondial est diabo­lique d’efficacité et de soli­dité dans le tie‐break. Après avoir eu une occa­sion de s’emparer du service du joueur de 31 ans à 2–2, Roger Federer efface à son tour deux oppor­tu­nités en faveur du Tchèque sur sa mise en jeu avec deux aces. Derrière, il prend le service de son adver­saire et déroule vers la victoire. Un succès compliqué en raison aussi de la perfor­mance de Tomas Berdych. Le fina­liste de l’édition 2010 a été solide sur son service avec 62% de premières (68% de réus­site) et percu­tant. Malgré cela, Roger Federer pour­suit son parcours sans faute, sans perdre le moindre set. C’est dire la marge qu’il possède actuellement.

Federer chasse les records et l’histoire

A 35 ans et 342 jours, Roger Federer devient le deuxième joueur le plus âgé de l’ère Open à atteindre la finale de Wimbledon après Ken Rosewall (39 ans et 246 jours). Depuis le début de la quin­zaine, l’actuel numéro 5 mondial établit un nouveau record à chaque match. La preuve, cette quali­fi­ca­tion lui permet de disputer sa 11e finale de Wimbledon (un record), la 29e en Grand Chelem (autre record), et d’être le joueur qui a remporté le plus de matchs (90) sur le gazon londo­nien. Dimanche, il visera l’un de ses buts ultimes : devenir l’homme le plus titré de l’histoire du All England Club avec un huitième trophée… Marin Cilic ne l’en­tend pas ainsi, lui qui a toutes les armes pour briser son rêve.