Accueil Wimbledon Gasquet et Mathieu à la fête, Santoro avec les honneurs

Gasquet et Mathieu à la fête, Santoro avec les honneurs

-

Si Sébastien Grosjean, Richard Gasquet et Paul‐Henri Mathieu se sont qua­li­fiés avec brio pour le deuxième tour du tour­noi de Wimbledon, il n’en a pas été de même pour tout le clan Français, à l’i­mage de Julien Benneteau, Edouard Roger‐Vasselin et Fabrice Santoro, tous pas­sés à la trappe. Retour sur la jour­née de mardi. 

Sébastien Grosjean a été le pre­mier tri­co­lore de la jour­née à se qua­li­fier aux dépens de l’Italien Potito Starace en trois sets secs : 6–2, 7–5, 6–1. Double demi‐finaliste de l’é­preuve en 2003 et 2004, on ne savait pas trop où en était le Marseillais après une sai­son gâchée par les bles­sures. Contraint de décla­rer for­fait pour Roland‐Garros en mai der­nier, Grosjean semble tou­te­fois reve­nir en forme et prêt à affron­ter un autre Français au deuxième tour d’un tour­noi qu’il affec­tionne tout par­ti­cu­liè­re­ment : le Biterrois Richard Gasquet.

Richard Gasquet, jus­te­ment, n’a pas fait dans la den­telle face à l’Américain Mardy Fish, 39ème joueur mon­dial. Le Biterrois n’a concé­dé que 9 petits jeux avant de fina­le­ment s’im­po­ser en trois manches : 6–3, 6–4, 6–2. « J’ai peut‐être joué un des meilleurs matches de ma car­rière. Si je passe mes deux ou trois pre­miers tours, je peux aller loin » a‑t‐il affir­mé au micro de Canal Plus après match. Un choc Franco‐Français est donc atten­du entre deux grands joueurs sur herbe. En terme de confron­ta­tions, les deux hommes se sont ren­con­trés deux fois en car­rière, pour une vic­toire chacun. 

Autre bonne nou­velle de la jour­née, la remon­tée fan­tas­tique de Paul‐Henri Mathieu face à l’Espagnol Oscar Fernandez. Mené un set à zéro, le Français a inver­sé la vapeur, ne concé­dant que quatre jeux dans les trois der­niers sets, pour fina­le­ment s’im­po­ser faci­le­ment en quatre manches : 3–6, 6–2, 6–0, 6–2. Au deuxième tour, Paulo retrou­ve­ra Jérémy Chardy, vain­queur du Portugais Frederico Gil en cinq sets : (7–5, 6–7[1], 4–6, 6–4, 6–3). 

Parmi les autres vic­toires Tricolores de ce deuxième jour de com­pé­ti­tion, Gilles Simon et Arnaud Clément ont tous les deux pas­sés le pre­mier tour, res­pec­ti­ve­ment face au qua­li­fié Polonais Dawid Olejniczak (6–3, 6–4, 6–2) et au futur retrai­té Jonas Bjorkman (4–6, 7–6[4], 6–4, 7–6[4]).

Au rang des échecs de la jour­née : Julien Benneteau, Edouard Roger‐Vasselin et Thierry Ascione n’ont pas pas­sé le pre­mier tour de l’é­di­tion 2008 du Grand Chelem lon­do­nien. Benneteau n’a rien pu faire face à l’Allemand Nicolas Kiefer (6–1, 7–5, 6–3), pen­dant que Roger‐Vasselin som­brait face au Croate Marin Cilic (6–4, 6–3, 7–6.). Défaite en trois manches éga­le­ment pour Ascione qui a vu s’en­vo­ler son billet pour le deuxième tour face au Serbe Janko Tipsarevic (7–6(4) 6–4 6–2). Nicolas Mahut s’est lui aus­si incli­né en soi­rée face au Russe Dmitry Tursunov après presque 4h00 d’un duel intense : 4–6, 7–6[8], 6–7[7], 6–3, 7–5. Le vété­ran Français, Fabrice Santoro a lui aus­si connu la défaite, mais n’a pas démé­ri­té face au chou­chou du public, l’Ecossais Andy Murray, tête de série n°12 (6–3, 6–4, 7–6 [5]).

 

Instagram
Twitter