AccueilWimbledonGasquet et Mathieu à la fête, Santoro avec les honneurs

Gasquet et Mathieu à la fête, Santoro avec les honneurs

-

Si Sébastien Grosjean, Richard Gasquet et Paul‐Henri Mathieu se sont quali­fiés avec brio pour le deuxième tour du tournoi de Wimbledon, il n’en a pas été de même pour tout le clan Français, à l’image de Julien Benneteau, Edouard Roger‐Vasselin et Fabrice Santoro, tous passés à la trappe. Retour sur la journée de mardi. 

Sébastien Grosjean a été le premier trico­lore de la journée à se quali­fier aux dépens de l’Italien Potito Starace en trois sets secs : 6–2, 7–5, 6–1. Double demi‐finaliste de l’épreuve en 2003 et 2004, on ne savait pas trop où en était le Marseillais après une saison gâchée par les bles­sures. Contraint de déclarer forfait pour Roland‐Garros en mai dernier, Grosjean semble toute­fois revenir en forme et prêt à affronter un autre Français au deuxième tour d’un tournoi qu’il affec­tionne tout parti­cu­liè­re­ment : le Biterrois Richard Gasquet.

Richard Gasquet, juste­ment, n’a pas fait dans la dentelle face à l’Américain Mardy Fish, 39ème joueur mondial. Le Biterrois n’a concédé que 9 petits jeux avant de fina­le­ment s’im­poser en trois manches : 6–3, 6–4, 6–2. « J’ai peut‐être joué un des meilleurs matches de ma carrière. Si je passe mes deux ou trois premiers tours, je peux aller loin » a‑t‐il affirmé au micro de Canal Plus après match. Un choc Franco‐Français est donc attendu entre deux grands joueurs sur herbe. En terme de confron­ta­tions, les deux hommes se sont rencon­trés deux fois en carrière, pour une victoire chacun. 

Autre bonne nouvelle de la journée, la remontée fantas­tique de Paul‐Henri Mathieu face à l’Espagnol Oscar Fernandez. Mené un set à zéro, le Français a inversé la vapeur, ne concé­dant que quatre jeux dans les trois derniers sets, pour fina­le­ment s’im­poser faci­le­ment en quatre manches : 3–6, 6–2, 6–0, 6–2. Au deuxième tour, Paulo retrou­vera Jérémy Chardy, vain­queur du Portugais Frederico Gil en cinq sets : (7–5, 6–7[1], 4–6, 6–4, 6–3). 

Parmi les autres victoires Tricolores de ce deuxième jour de compé­ti­tion, Gilles Simon et Arnaud Clément ont tous les deux passés le premier tour, respec­ti­ve­ment face au qualifié Polonais Dawid Olejniczak (6–3, 6–4, 6–2) et au futur retraité Jonas Bjorkman (4–6, 7–6[4], 6–4, 7–6[4]).

Au rang des échecs de la journée : Julien Benneteau, Edouard Roger‐Vasselin et Thierry Ascione n’ont pas passé le premier tour de l’édi­tion 2008 du Grand Chelem londo­nien. Benneteau n’a rien pu faire face à l’Allemand Nicolas Kiefer (6–1, 7–5, 6–3), pendant que Roger‐Vasselin sombrait face au Croate Marin Cilic (6–4, 6–3, 7–6.). Défaite en trois manches égale­ment pour Ascione qui a vu s’en­voler son billet pour le deuxième tour face au Serbe Janko Tipsarevic (7–6(4) 6–4 6–2). Nicolas Mahut s’est lui aussi incliné en soirée face au Russe Dmitry Tursunov après presque 4h00 d’un duel intense : 4–6, 7–6[8], 6–7[7], 6–3, 7–5. Le vétéran Français, Fabrice Santoro a lui aussi connu la défaite, mais n’a pas démé­rité face au chou­chou du public, l’Ecossais Andy Murray, tête de série n°12 (6–3, 6–4, 7–6 [5]).

 

Instagram
Twitter