AccueilWimbledonLa sensation Kyrgios

La sensation Kyrgios

-

Comme tous les tour­nois du Grand Chelem, Wimbledon révèle des cham­pions. En invi­tant Nick Kyrgios, les orga­ni­sa­teurs ont eu du nez. Après avoir notam­ment sorti Richard Gasquet en sauvant 9 balles de matchs, le géant austra­lien élimine en 4 manches le numéro 1 mondial Rafael Nadal (7/6, 57, 76, 63), rien que ça. Le voila main­te­nant en quart de finale face à Milos Raonic. Comme d’autres avant lui qui sont allés très loin en étant « Wild Card », Nick Kyrgios peut y croire tant son niveau de jeu est impres­sion­nant.

« Kyrgios est l’avenir du tennis », c’est par ces mots que Richard Gasquet avait expliqué sa défaite en début de semaine. Au vue de sa rencontre, on en doutait un peu mais force est de constater que Richie a vu juste. Solide en retour, toujours aussi précis et régu­lier en première balle, l’Australien n’a jamais laissé respirer Rafael Nadal. Mieux, il n’a jamais donné de rythme, cher­chant constam­ment le coup qui fait mal au bout de trois frappes maximum. On sait que c’est ainsi qu’il faut prendre le numéro mondial pour le faire douter. 

Il reste que Rafael Nadal a eu sa chance avec notam­ment une balle de set dans la troi­sième manche. Mais dos au mur, Kyrgios semble encore plus fort, presque incons­cient. Harranguant la foule aux moments clés, faisant des bonds comme un basket­teur ayant réussi un dunk ou un tir à trois points, Kyrgios n’a peur de rien. « J’ai joué un match incroyable, notam­ment en retour » a expliqué le 144e mondial à la sortie du court. 

On a beau­coup écrit sur un gazon qui s’est ralenti depuis deux décen­nies. Pourtant cette année, il semble bien que ce soit les atta­quants, les puncheurs, les frap­peurs, qui reprennent le pouvoir. Kyrgios fait partie de cette caté­gorie là, toujours à la recherche du point gagnant, évitant les filières courtes. Il nous rappelle un peu mais dans un style légè­re­ment diffé­rent un certain Goran Ivanisevic. Cela tombe bien c’est grâce à une Wild Card que le Croate l’avait emporté en 2001…

NB : L’article a été modifié suite à une erreur de date sur le succès de Goran Ivanisevic

WIMBLEDON EN GENERAL
Wimbledon est un moment clé de la saison, raison de plus pour s’équiper rapidement…

Article précédentKyrgios sort Nadal
Article suivantSafarova, première !