Accueil Wimbledon Le poète offi­ciel s’é­chauffe la plume

Le poète officiel s’échauffe la plume

-

Wimbledon, c’est pour dans plus d’un mois, mais le poète offi­ciel du tour­noi Matt Harvey a déjà sor­ti son pre­mier effort, que vous nous pro­po­sons avec sa tra­duc­tion la plus fidèle possible :

Excuse me. I’m sor­ry. I speak as an Englishman
Excusez‐moi, je suis déso­lé, c’est l’Anglais en moi qui s’exprime
For the game of lawn ten­nis there’s no bet­ter sym­bol than
The place where the game’s flame was spar­ked and then kind­led in
Where so many spines have sat straight and then and tin­gled in 
Quel meilleur sym­bole pour le ten­nis sur herbe que le lieu où s’est allu­mée la flamme,
atti­sée par les fris­son­ne­ments d’é­mo­tions qui ont par­cou­ru tant de corps
Wimbledon
Where straw­ber­ries and cream have tra­di­tio­nal­ly been sam­pled in
Kids’ eyes have lit up and their cheeks have been dim­pled in 
Wimbledon, où les fraises à la crème ont rem­pli les joues enfan­tines de bonheur
Wimbledon 
Where tough ten­nis cookies have cra­cked and then crum­bled in 
Top seeds have stum­bled, have tum­bled, been hum­bled in
Wimbledon,
Où des têtes de série ont tré­bu­ché, chu­té et pris des leçons de modestie
Wimbledon 
Where home‐grown heroes’ hopes have swel­led up and then dwind­led in 
Wimbledon, où les héros locaux ont accou­ru pour ensuite se mon­trer moins présents
Wimbledon 
The Grand Slams’ best of breed, it’s the whizz it’s the biz 
The temple where phy­sics expresses its fizz
There’s one word for ten­nis and that one word is 
Wimbledon
Wimbledon, la crème de la crème des Grand Chelem, c’est la place où tout se passe
Le temple où le corps pétille de toute sa superbe
Le ten­nis se résume un seul mot et ce mot est Wimbledon

A quand un slam de Grand Corps Malade sur Roland‐Garros ?

Instagram
Twitter