AccueilWimbledonLe service‐volée, c’est défi­ni­ti­ve­ment terminé…

Le service‐volée, c’est définitivement terminé…

-

À quoi bon faire service‐volée si la surface, devenue très lente, ne vous permet pas d’ar­river dans de bonnes condi­tions au filet ? 

Cette ques­tion, qui revient systé­ma­ti­que­ment depuis une dizaine d’an­nées, est plus que jamais d’ac­tua­lité surtout lors des premiers tours où l’on a vu par exemple notre Pierre‐Hugues Herbert rester en fond de court quasi­ment tout le long de ces cinq sets face à Pablo Andujar. 

On peut aussi parler des élimi­na­tions précoces d’Opelka et d’Isner. Elle confirment bien que le gazon n’est plus le terri­toire d’ex­pres­sion de l’at­ta­quant même si Hurkacz, Federer, et d’autres, sans se ruer systé­ma­ti­que­ment derrière leur première balle, ont utilisé de façon tactique cet enchai­ne­ment devenu histo­rique à Wimbledon notam­ment grâce à John McEnroe.

Au final, la statis­tique ci‐dessous ne peut pas nous étonner…

Instagram
Twitter