Accueil Wimbledon Les confidences de Roger Federer

Les confidences de Roger Federer

-

Tous les entretiens avec Roger Federer ne se valent pas. En début de semaine, le Suisse s’est exprimé au Welt avec beaucoup de franchise et il y avait quelques pépites dans cette interview. Logique de vous les proposer, la veille du tirage au sort du tableau de Wimbledon 2019.

Sur la chance dans une carrière…

« J’ai effectivement le sentiment que j’ai eu de la chance dans ma vie. Vous pouvez toujours dire que votre façon de travailler peut influencer le degré de chance mais je dois avouer que physiquement il ne m’est jamais arrivé quelque chose de terrible. Par exemple, j’aurais pu avoir une rupture du ligament croisé au début de ma carrière ou une mauvaise chute au ski. À côté de ça, j’ai eu la chance d’avoir mes parents et j’ai grandi en Suisse. Si j’étais né dans un autre pays du monde, peut-être plus pauvre, les chances n’auraient pas été les mêmes pour moi. Et est-ce une chance d’avoir rencontré Mirka si tôt dans ma vie ? Bien sûr que oui. Tout doit « jouer » ensemble pour avoir du succès. Bien sûr, nous pouvons contrôler beaucoup de choses nous-mêmes sur une courte période, mais quand on pense à long terme, tout doit être aligné, j’ai ce sentiment. ».

Sur le début de sa carrière et sur le temps qui passe…

« Au début, j’avais toujours un énorme respect pour les médias et je pensais souvent à ce que les gens diraient de moi. Mais au final, je m’y suis habitué très vite. J’étais aussi timide envers les filles, puis les « tapis rouges » ont d’abord provoqué une sensation désagréable en moi. J’ai dû donc apprendre très vite à gérer tout cela. Et je pense que l’une de mes forces, c’est d’avoir très rapidement maitriser tout cela. Aujourd’hui, quand je regarde dans le rétroviseur, cela fait 20 ans, et je suis choqué. Cela me rend un peu triste parce que j’ai passé beaucoup de bons moments. Mais heureusement, ce n’est pas encore fini. Tout est allé très vite et le temps passe si rapidement quand on s’amuse. C’était vraiment un processus incroyable et j’ai éprouvé tellement de plaisir. Je pense qu’en tant qu’athlète, vous devez rester jeune dans la tête, c’est l’une des clés du succès. »

Sur le Wimbledon 2019…

« Gagner, ce serait merveilleux bien sûr. J’ai été très, très déçu l’année dernière. La défaite contre Kevin Anderson m’a fait mal. C’était un scénario d’horreur pour moi car Wimbledon est chaque année mon objectif principal. À l’époque, même ma famille avait du mal à me remonter le moral. Je suis juste allé dans ma chambre, allongé sur le lit et j’ai pensé : c’est dur. Mais je devais l’accepter. Lorsque vous manquez votre objectif, vous devez vous interroger et ensuite cela doit même vous faire mal un peu. Mais Wimbledon est et reste le grand objectif. Je suis bien préparé et par conséquent, je me rends à Wimbledon avec une grande confiance. »

Instagram
Twitter
Facebook
Facebook