AccueilWimbledonLes quatre fantastiques

Les quatre fantastiques

-

L’édition 2010 propose des demi‐finales de rêve, et l’on s’at­tend à des matches très serrés entre des joueurs qui ont tous fait à leur manière forte impres­sion.

Commençons tout d’abord par le favori du public, Andy Murray. Il est le joueur le plus frais encore en lice, n’ayant lâché qu’un set face à Jo‐Wilfried Tsonga. Pour succéder à Fred Perry, le dernier Britannique sacré à Wimbledon, un sérieux obstacle se dresse devant lui, en la personne du numéro un Rafael Nadal. La dernière fois que les deux joueurs s’étaient croisés à Wimbledon, c’était en quarts il y a deux ans et Nadal avait large­ment dominé un Murray rincé par son huitièmes face à Gasquet. Cette fois‐ci, l’Ecossais a l’avan­tage de la fraî­cheur, mais les pronos­tics donnent Nadal légè­re­ment favori. Le Majorquin a lutté contre Haase et Petzschner, mais a bien géré son quarts contre Söderling et entend bien justi­fier son leader­ship à l’ATP par un second succès sur le gazon londo­nien. Les deux hommes sont très endu­rants, on peut donc s’at­tendre à une lutte acharnée.


Dans l’autre demie, deux joueurs qui semblent monter en puis­sance pour un match tout aussi indécis : Berdych et Djokovic. Le Tchèque d’abord, est le premier à avoir fait chuter Federer en quarts depuis son premier succès à Wimbledon, et à lui avoir infligé un 6–1 sur le gazon londo­nien. Il a parfai­te­ment su imposer son jeu tout en puis­sance au Suisse. Pour sa deuxième demie d’af­filée en Grand Chelem, Berdych aime­rait bien faire mieux qu’à Roland‐Garros et accéder à la finale. Mais en face se trouve le joueur le plus discret de ce dernier carré, Novak Djokovic, qui a parfai­te­ment rectifié le tir après un premier tour diffi­cile face à Rochus, écar­tant au passage le spécia­liste du gazon Hewitt. Ce n’est pas la surface fétiche du Serbe, mais il retourne très bien et ce secteur du jeu pour­rait être la clé face au grand serveur qu’est Berdych. Mais atten­tion, le numéro trois mondial devra soigner son service, car Berdych s’est gran­de­ment amélioré en retour et jouera forcé­ment de manière agres­sive pour s’im­poser. Si le match tient la distance, les problèmes physiques de Nole pour­raient le perturber, mais sa meilleure expé­rience en Grand Chelem pour­rait l’avantager.