AccueilWimbledonNadal, la désillusion

Nadal, la désillusion

-

Coup de tonnerre sur le court numéro 1 ! Steve Darcis vient d’éli­miner Rafael Nadal au premier tour de l’édi­tion 2013 de Wimbledon ! En trois sets ! Le score final : 7–6(4) 7–6(8) 6–4 en moins de trois heures. Le Belge ira affronter Lukasz Kubot au second tour.

Décidément Rafael Nadal va commencer à maudire la ville de Londres. Il y a presque un an jour pour jour, l’Espagnol quit­tait Wimbledon dès le second tour après un match dantesque du fantasque Tchèque Lukas Rosol. Personne n’at­ten­dait un tel scénario. Alors cette année, après 7 mois de bles­sure et une saison sur terre battue tout simple­ment impres­sion­nante du Majorquin, il était attendu au tour­nant. D’autant qu’il avait décidé de faire l’im­passe sur sa seule prépa­ra­tion sur gazon : le tournoi de Halle. Deux semaines de repos après un huitième sacre à Roland Garros, et une remise en jambe face à Steve Darcis, 135ème joueur mondial. 

Le début de match est plutôt équi­libré. Le Belge, amateur de gazon, joue très bien le coup face à Rafa, en manque de repère sur le court numéro 1. Il monte beau­coup à la volée, gênant ainsi Nadal et le prenant de vitesse. 1724 au filet, c’est en partie grâce à cette réus­site que Darcis arrive à prendre le service du numéro 5 mondial à 5–5. Mais réac­tion instan­tanée de l’Espagnol, qui débreake dans la foulée. On file donc vers un premier jeu décisif… Remporté par Darcis 7 points à 4 ! Il faut dire aussi que le Belge évolue un cran au dessus de son adver­saire avec 25 coups gagnants pour seule­ment 9 fautes directes dans le premier acte. Le retour sur gazon est compliqué…

La deuxième manche est à l’image de la première. Darcis est très agressif. Et surtout très intel­li­gent ! Il pilonne le revers de Nadal, contraint plusieurs fois à la faute en cher­chant a conclure le point sur son fameux déca­lage coup droit. Chose plutôt inha­bi­tuelle chez lui. D’autant que le Majorquin parait un peu fébrile, et anor­ma­le­ment diminué physi­que­ment. Comme s’il jouait sur une jambe par moment. Ses appuis sont approxi­ma­tifs, ses courses moins tran­chantes… Face à un adver­saire qui ne passe que 56% de premières balles, c’est plutôt rare que Rafa aille disputer un jeu décisif… C’est pour­tant le cas. Un break partout, les deux joueurs n’ar­ri­vant pas à se dépar­tager. Le second tie‐break du match est dominé par Darcis une fois de plus. Mais Nadal ne lâche rien et revient… Pour fina­le­ment s’in­cliner, 10 points à 8. Deux manches à zéro pour Steve, le danger se précise.

Et à plus forte raison lorsque le Belge, oppor­tu­niste, prend le service du Majorquin d’en­trée de troi­sième set ! Scénario incroyable. Nadal, mené deux manches à rien, un break de retard dans la troi­sième manche face au 135ème joueur mondial. On croit alors à un sursaut d’or­gueil de l’Espagnol, qui nous a habitué à des retour­ne­ments de situa­tions formi­dables… Il n’en est rien. Darcis conserve sa mise en jeu tandis que Nadal enchaîne lui les jeux blancs sur la sienne… Mais à quoi bon ? Car Nadal semble très réel­le­ment gêné. Les chiffres parlent pour lui, 47% de premières balles pour Darcis dans la troi­sième manche, mais Rafa ne se procure qu’une seule balle de débreake. Il conserve donc son avan­tage pour fina­le­ment s’im­poser sur sa première balle de match. Comme un grand. 

Même si on pour­rait penser que Nadal n’était pas à 100% aujourd’hui, on ne peut que tirer notre chapeau au Steve Darcis qui a réalisé un match plein. Certes pas parfait comme l’avait fait Rosol l’année passée, mais suffi­sant, et surtout intel­li­gent. Tactiquement, il a été meilleur, physi­que­ment, il a tenu le choc. Score final 7–6(4) 7–6(8) 6–4. Nadal éliminé, c’est surtout Andy Murray et Roger Federer qui doivent se frotter les mains. Annoncé comme un poison de part sa tête de série numéro 5, Rafa n’aura fina­le­ment pas pu jouer les trouble‐fêtes… Un petit tour et puis s’en va, c’est la première fois que Rafael Nadal est éliminé au premier tour d’un tournoi du Grand Chelem.