AccueilWimbledonSerena, la femme à abattre

Serena, la femme à abattre

-

Une nouvelle fois cette année, de nombreuses têtes de séries sont tombées dans le tableau féminin de Wimbledon. La diffé­rence de niveau entre les athlètes étant très faible, seuls quelques noms arrivent à se démar­quer, à surclasser le circuit mondial. C’est le cas de Serena Williams, c’est aussi le cas de Maria Sharapova. Ça tombe bien ! Ce sera l’une des demi‐finales au programme ce vendredi. Juste avant le choc de ces demies, le Centre Court aura le plaisir de décou­vrir un peu plus la jeune Garbine Muguruza face à Agnieszka Radwanska.

Elle ne s’arrête plus ! Garbine Muguruza est en demi‐finales à Wimbledon, et se retrouve pour la première fois de sa jeune carrière dans le dernier carré d’un Grand Chelem. Dotée d’un revers destruc­teur, la jeune Espagnole a toute ses chances face à une habi­tuée des grands rendez‐vous, Agnieszka Radwanska. L’ex-numéro deux mondiale revient petit à petit à son meilleur niveau et compte bien sur son expé­rience pour dominer sa prochaine adver­saire avant, peut‐être, d’at­teindre la seconde finale de sa carrière au All England Club :  » La finale que j’ai vécue ici a eu un énorme impact pour la suite de ma carrière. J’étais tout proche, mais je n’y suis pas arrivé. L’expérience est toujours très impor­tante, surtout en Grand Chelem. Mais parfois, quand tu te présentes pour la première fois, tu n’as rien à perdre, alors on verra. »

Serena, seule au monde

Maria Sharapova contre Serena Williams. Quelle demi‐finale pourrait‐on se dire ! Et pour­tant, un fossé sépare désor­mais les deux rivales. On se demande même comment Masha a réussi a atteindre les demies‐finales. Plus la Russe semblait se déta­cher face à Coco Vandeweghe en quarts de finale, plus elle se cris­pait, enchai­nant les fautes, les mauvais choix. Ce sera donc très très dur face à Serena, contre qui elle n’a jamais brillé, sauf en 2004, et c’était à Wimbledon. Son adver­saire de son côté a déve­loppé un niveau de jeu incroyable en quart de finale. C’est simple, l’Américaine semble imbat­table lorsqu’elle est en totale posi­tion de ses moyens. Et même lors­qu’elle se retrouve au bord du gouffre, Serena Williams hausse un peu plus son jeu pour rappeler à tout le monde que c’est elle, la reine de Wimbledon, l’impératrice du tennis mondiale : « Ca fait un bout de temps qu’on ne s’est pas affrontée, on s’est déjà croisé ici. Maria est une de ces joueuses qui fait ressortir le meilleur de moi‐même. Mais je n’ai pas de pres­sion. On a toutes les deux perdu très tôt l’année dernière, donc je pense qu’on profite avant tout d’être cette année à ce stade de la compétition. »