AccueilWTA - AngersPauline Parmentier (ambassadrice de l'Open Open P2i Angers) : "Je ne m’attendais pas...

Pauline Parmentier (ambassadrice de l’Open Open P2i Angers) : « Je ne m’attendais pas à avoir une vie aussi remplie »

-

Cette inter­view a été éditée dans le numéro 79 de We Love Tennis dispo­nible dans notre réseau et aussi en version numé­rique. Pauline Parmentier, ambas­sa­drice de l’Open P2I d’Angers (WTA de 125.000 dollars) a bien voulu répondre à 4 ques­tions clés sur son impli­ca­tion dans cette première édition du tournoi qui débute ce lundi dans l’Anjou.

Te souviens‐tu du moment précis où Nicolas Mahut t’a demandé de le rejoindre dans ce projet ?
Oui. Cela a eu lieu dans la salle de gym du Centre national d’entraînement (CNE). Nicolas savait que c’était ma dernière saison. Et il m’a mis dans la confi­dence du projet angevin en me deman­dant si cela pouvait m’intéresser de rejoindre l’aventure. J’ai tout de suite été partante, je lui ai répondu : « Oui, grave, je suis bouillante. »

Quelles seront tes missions pendant le tournoi ?
En amont, mon premier objectif a été de faire le lien avec les joueuses et de construire un plateau attractif et cohé­rent. Pendant l’événement, je serai au sein de l’organisation sur des sujets comme la program­ma­tion, les opéra­tions avec les parte­naires et à l’écoute des demandes des cham­pionnes que je connais bien.

Angers, la FFT, consul­tante TV, tu as vite fait un saut dans la vraie vie…
C’est vrai que je ne m’attendais pas à avoir une vie aussi remplie [rires]. En fait, ma mission auprès des 15–18 ans à la FFT est venue très vite et je ne pouvais pas la refuser, car c’est un beau projet pour lequel on me fait confiance. Angers, c’est une affaire de cœur, vous l’avez compris, et c’est égale­ment lié à mon amitié pour Nicolas et à ma volonté d’aider le tennis féminin. Concernant la télé­vi­sion, là encore, c’était une oppor­tu­nité et je dois dire que j’y prends beau­coup de plaisir.

Le dernier jour du tournoi, qu’aimerais-tu que l’on te dise ?
Comme c’est une première édition, il y a forcé­ment beau­coup de choses à caler, mais j’aimerais que tout le monde puisse repartir avec le sourire, en ayant passé de bons moments. Que cette première soit le point de départ d’un long chemin où le tennis féminin parviendra à séduire le maximum de monde.

Instagram
Twitter