AccueilWTABarty, une numéro 1 de caractère

Barty, une numéro 1 de caractère

-

Lauréate à 23 ans de son premier tournoi du Grand Chelem à Roland Garros à l’oc­ca­sion de sa toute première finale en majeur, Ashleigh Barty est devenue pour la première fois de sa jeune carrière numéro 1 mondiale après son titre remporté sur le gazon de Birmingham face à l’Allemande Julia Georges. Joueuse atypique du circuit, l’Australienne n’a pas eu un parcours comme les autres pour arriver au sommet du circuit profes­sionnel féminin.

43 ans après la dernière femme austra­lienne numéro 1 mondiale (Evonne Goolagong), Ashleigh Barty a succédé à l’une de ses idoles après son titre remporté sur le gazon de Birmingham, deux semaines après son premier sacre en Grand Chelem à la porte d’Auteuil. Ça commence à faire beau­coup pour une jeune joueuse qui a même préféré quitter le monde du tennis pendant deux ans afin de se consa­crer à son autre passion, le cricket. Présentée comme la nouvelle star du tennis austra­lien lors de ses années chez les juniors où elle remporte notam­ment Wimbledon en 2011 à l’âge de 15 ans, la native d’Ipswich a eu du mal à assumer ce statut et son passage chez les profes­sion­nels. Perdant peu à peu confiance en son jeu et ses qualités, elle décide en 2014 de stopper cette acti­vité pour le cricket, un sport aux anti­podes du tennis qui cultive le collectif et l’es­prit de camaraderie. 

Totalement séduite par cette philo­so­phie, elle se consa­crera à ce sport très popu­laire pendant près de deux ans avant de se rendre compte que la balle jaune lui manquait terri­ble­ment. Dès le début de la saison 2017, elle fran­chit un premier cap en se quali­fiant pour le troi­sième tour de l’Open d’Australie. Le mois suivant, elle remporte son premier titre en simple à Kuala Lumpur avant d’offrir une belle résis­tance au troi­sième tour de l’US Open face à la future lauréate du tournoi, Sloane Stephens. Depuis, son ascen­sion est fulgu­rante : « J’avais sans doute besoin d’un pas de côté pour réaliser à quel point j’aime ce sport. Je suis revenue au tennis avec une nouvelle vision des choses et une équipe formi­dable qui me pousse à exploiter au maximum mon poten­tiel. » Un poten­tiel qui l’a amené en deux semaines a remporter un Grand Chelem et à monter sur le trône du circuit féminin. 

Instagram
Twitter