AccueilWTAC.Nouvel : "J'arrête d'entraîner Virginie"

C.Nouvel : « J’arrête d’entraîner Virginie »

-

Cédric Nouvel vient de nous offi­cia­liser la fin de sa colla­bo­ra­tion avec Virginie Razzano. Voici la copie du mail qu’il nous a envoyé. Nous souhai­tons bon vent à un coach vrai­ment sympa­thique qui aura vécu de belles et intenses années auprès de sa championne.

« 20 ans. J’ai entraîné ou coor­donné l’entraînement de Virginie Razzano pendant 20 ans.

Nous avons connu, ensemble, telle­ment de choses, de réus­sites spor­tives : 3 titres de Championne de France, 2 titres de Grand Chelem Junior, une 14ème place mondiale…

Nous avons partagé ensemble beau­coup de moments diffi­ciles, person­nels et fami­liaux, mais aussi une opéra­tion du coude, des bles­sures et les remon­tées au clas­se­ment qui suivent…

Un parte­na­riat constant et fidèle avec la FFT et tous les entraî­neurs que Virginie ait connu, de Thierry Couralet et Patrick Lerbazuy à Talence, jusqu’à Bruno Dadillon au CNE.

J’ai, depuis le 14 juillet dernier (le jour de mon anni­ver­saire), pris la déci­sion d’arrêter d’entraîner Virginie, même si nous restons des amis très proches. Elle est une partie impor­tante de ma vie.

En effet, c’était, je pense, le dernier coup de pouce que je pouvais lui donner. S’arrêter pour favo­riser un bilan, les prises de conscience et les déci­sions néces­saires à une belle fin de carrière.

J’ai pris cette déci­sion parce que je n’avais plus l’impression d’être toujours écouté et entendu. Je conseillais à Virginie de jouer, pour des raisons spor­tives, la Fed Cup, elle ne le souhai­tait pas. De même, nous n’étions pas toujours d’accord sur les moments de reprise après bles­sures. Virginie a souvent repris trop tôt, sans être prête, prenant ainsi le risque de se blesser à nouveau ; ce qui est arrivé trop souvent.

Peut‐être ma trop grande proxi­mité affec­tive m’empêchait-elle d’être suffi­sam­ment ferme. Cependant, aujourd’hui, c’est aussi mon indé­pen­dance vis‐à‐vis d’elle qui m’a permis de m’arrêter et de lui faire passer mes derniers messages.

Alors, je me suis arrêté et, avant d’officialiser la chose, j’ai laissé à Virginie le temps de savoir comment elle allait orga­niser la suite. C’est aujourd’hui chose faite et je suis très heureux de la tour­nure que prennent les événements.

Stéphane va occuper un espace encore plus impor­tant à ses côtés, tant sur le sportif que sur l’extra-sportif. Bernard Cabassol, le prépa­ra­teur physique de l’Académie des Hauts de Nîmes, va conti­nuer à s’occuper de sa prépa­ra­tion physique. Virginie m’a égale­ment affirmé son inten­tion de se rappro­cher de la FFT, pour compléter son entraî­ne­ment médico‐sportif sur le circuit, et de se rendre dispo­nible pour la Fed Cup.

Je trouve tout cela très positif. Elle a fait évoluer ses points de vue et a bougé ses lignes. Du travail et une remise en ques­tion perma­nente : les résul­tats suivront.

Je ne suis plus l’entraîneur de Virginie Razzano mais je suis devenu son premier supporter.

Forts de notre expé­rience, nous allons, à l’Académie des Hauts de Nîmes, avec toute mon équipe, conti­nuer à faire notre travail de forma­tion. Plus encore, nous allons essayer, essen­tiel­le­ment, dans le cadre de la relance du tennis féminin, d’apporter notre pierre à l’édifice fédéral. C’est pour­quoi nous travaillons actuel­le­ment sur un projet impor­tant de détec­tion en Languedoc‐Roussillon. Le but est de cher­cher, trouver et former de futures cham­pionnes. Nous voulons une perle rare et nous pren­drons en charge toute la forma­tion des jeunes filles que nous aurons sélec­tion­nées. Le projet s’inscrira, bien sûr, dans une colla­bo­ra­tion étroite avec la Ligue et la FFT.

Une affaire à suivre …

Cédric Nouvel »