AccueilWTAEt de quatre pour Aravane !

Et de quatre pour Aravane !

-

En s’im­po­sant sur les terres de Bastad, Aravane Rezaï décroche le quatrième titre de sa carrière, le troi­sième sur terre battue. Si cet avéne­ment suédois n’est peut‐être pas le plus pres­ti­gieux, il conforte la Française dans une dyna­mique de victoires et de confiance plus qu’in­té­res­sante pour la fin de saison.

Aravane a tout de même dû batailler trois sets pour venir à bout de l’Argentine Gisela Dulko lors de la finale à Bastad (6–3, 4–6, 6–4). A l’issue de la rencontre, elle confiait que : « Elle m’a mis en diffi­culté avec mon jeu, mais jouer mon meilleur tennis, ce n’était pas le plus impor­tant. Ce que je voulais, c’était gagner. »
Ne pas jouer son meilleur jeu et tout de même réussir à l’emporter, c’est tout simple­ment le signe que menta­le­ment, Aravane a de la réserve et que même si elle ne produit pas le tennis qu’elle souhaite, sa confiance engrangée lui permet de ne pas douter, de tenir et de l’emporter au final. Si ce titre n’est pas le plus hono­ri­fique – sa victoire à Madrid et le parcours qui va avec, appar­tiennent à une autre dimen­sion – la Stéphannoise tire une bonne leçon de cette semaine suédoise : « Chacun de mes titres est diffé­rent, et ils comptent tous beau­coup pour moi. Cette semaine j’ai prouvé que je pouvais être très constante et que je suis sur le bon chemin. »

Car le manque de constance, de régu­la­rité, sont bien les reproches les plus souvent formulés à la jeune Française. Après son succès à Madrid, certai­ne­ment émoussée, elle s’était arrêté au troi­sième tour de Roland Garros. Et avant son revers au deuxième tour de Wimbledon, elle avait atteint les demi‐finales à Birmingham. 

Il n’y a pas si long­temps de cela, c’était surtout son manque de patience dans les échanges qui était reproché à Rezaï. Avec le temps, la prise de conscience et l’ex­pé­rience, la Française a corrigé le tir et a même remporté trois de ses titres sur terre battue, la surface qui semble pour­tant le moins favo­riser son jeu d’at­taque puis­sant ! Gageons que si Aravane s’en­gage à présent sur la voie de la constance elle ne réusisse sur ce terrain, et parvienne pour­quoi pas à décro­cher un titre…en US majeur !

Article précédentRéunion ce mercredi
Article suivantMathieu et Robert au programme