AccueilWTAGauff : "Je n’aime pas être comparée à Serena ou à Venus...

Gauff : « Je n’aime pas être comparée à Serena ou à Venus Williams »

-

L’excellent compte Behind The Racquet s’intéresse au parcours de Coco Gauff. A 16 ans, l’Américaine a déjà disputé deux huitièmes de finale en Grand Chelem (Wimbledon en 2019 et l’Open d’Australie en 2020). Pour de nombreux obser­va­teurs, elle constitue la révèle de Serena Williams, véri­table icône mondiale et aux Etats‐Unis. Mais dans son récit pour Behind the Racquet, la native d’Atlanta n’accepte pas encore cette comparaison :

« Personnellement, j’aime jouer plus que pour moi‐même. Maintenant, j’ai des filles qui viennent me voir, surtout des Afro‐Américaines, et qui disent qu’elles prennent une raquette pour la première fois grâce à moi. Cela me stupéfie car c’est comme ça que j’ai commencé à jouer au tennis. Je me souviens qu’un mois avant Wimbledon (en 2019), j’allais au club où je m’entraînais et je voyais surtout des garçons jouer. Un mois après, quand je suis revenue, la majo­rité était des filles et l’entraîneur m’a dit que c’était grâce à moi. Je n’aurais jamais pu imaginer qu’un seul tournoi puisse avoir ce genre d’effet. Pour moi, l’une des plus grandes choses est de conti­nuer à briser des barrières. En même temps, je n’aime pas être comparée à Serena ou à Venus. D’abord, parce que je ne suis pas encore à leur niveau. Je les consi­dère comme mes idoles. Malgré leurs louanges, je ne devrais pas être mise dans le même groupe. Bien sûr, j’espère arriver là où elles en sont, mais ce sont deux femmes qui m’ont ouvert la voie et c’est pour­quoi je ne pourrai jamais être comme elles. J’ai l’impression que je n’aurais pas pu avoir la possi­bi­lité d’être à ce niveau sans elles. Je n’aurais même pas pensé à jouer au tennis sans elles car il y avait peu d’Afro-Américains dans ce sport. Pour tout ce qu’elles ont fait, je ne devrais pas encore être comparée à elles. »