AccueilWTAKim is back !

Kim is back !

-

C’est offi­ciel ! La rumeur enflait depuis quelques temps, déjà ; elle a pris corps aujourd’hui, à midi. Conférence de presse, à Bree, au cœur de la Belgique flamande. Kim Clijsters, 25 ans, ex‐numéro une mondiale en simple comme en double, 45 titres dans la besace et retirée du circuit depuis mai 2007, annonce : « Je veux rejouer. »!« C’est la compé­ti­tion qui m’a manqué pendant ces deux ans. Le fait de s’en­traîner pour un objectif précis et d’affronter toutes ces filles talen­tueuses », explique‐t‐elle aux nombreux jour­na­listes présents, le sourire aux lèvres et l’air déterminé.

Elle qu’on avait quitté en mai 2007, fati­guée et dési­reuse de se consa­crer plus de temps, devait retaper dans la balle cette année à l’occasion d’exhibitions diverses, notam­ment pour l’inauguration du court central de Wimbledon. C’est d’ailleurs la pers­pec­tive de ce moment impor­tant qui a été déter­mi­nant dans son choix.

Wimbledon l’a décidée

« Tout a commencé avec l’in­vi­ta­tion pour Wimbledon », affirme‐t‐elle. « Y jouer face à Steffi Graf, c’est un grand honneur. Je me suis mis à m’en­traîner dur pour être au top. Et puis, l’envie est devenue de plus en plus forte. J’ai évalué la situa­tion avec ma famille, sur le plan physique et sur le plan tennis­tique. Je m’en­traîne de manière régu­lière en compa­gnie de mon “sparring‐partner” Wim [Fissette] et de Sam [Verslegers, son entraî­neur physique], parfois jusqu’à six heures par jour », a confirmé la reve­nante. C’est d’ailleurs son entraî­ne­ment intensif, six fois par semaine, qui avait mis la puce à l’oreille des journalistes. 

3 tour­nois au programme

Une fois ces expli­ca­tions données, elle dévoile son programme : « J’ai pris la déci­sion de demander une wild­card pour l’US Open, ainsi que pour Cincinnati et Toronto. Pour l’ins­tant, c’est ce qui est prévu, nous ferons une évalua­tion après l’US Open. »

Après Lindsay Davenport ou Martina Hingis, c’est donc au tour de Kim Clijsters de retourner au charbon. Les deux premières avaient connu des fortunes diverses. Pendant ses deux années de retraite, la Belge, elle, s’est mariée, a eu un enfant et dû supporter le décès de son père.

Le poten­tiel d’une top 5

Quoiqu’il en soit, le retour d’une joueuse telle que Kim, avec son palmarès impres­sion­nant – 34 titres en simple, 11 en double, double vain­queur des Masters (2002–2003), deux fois vain­queur à Indian Wells (2003–2005), victo­rieuse à l’US Open 2005 en simple, à Rolland Garros et Wimbledon 2003 en double, 4 finales de Grand Chelem perdues à la clef, mais une de Fed Cup remportée en 2001… – ce retour, donc, ne peut être qu’une bonne chose pour un circuit féminin en mal de leaders, au jeu trop stéréo­typé et au mental friable. 
Elle est « mariée », elle est « maman », mais elle est encore jeune. Pourra‐t‐elle revenir au plus haut niveau ? Pour Marc Dehous, son ancien entrai­neur, elle a encore le poten­tiel d’une top 5. Clijsters se montre, elle, plus mesurée, mais affirme sa volonté de réussir : « Il n’est pas ques­tion pour moi d’aller à ces tour­nois en touriste et de rentrer à la maison après un tour ou deux… J’ai de l’am­bi­tion, tout de même ! »

Ce qui la pousse avant tout ? Le « plaisir de jouer », SON plaisir de jouer. Ce plaisir qui l’avait quelque peu quitté ces deux dernières années mais qui est de retour. Pas vrai­ment une surprise : chassez le naturel, il revient au galop !

Article précé­dentLacoste Repel
Article suivantDes résul­tats
Instagram
Twitter