AccueilWTALes confidences de Justine Henin sont toujours des belles leçons de vie

Les confidences de Justine Henin sont toujours des belles leçons de vie

-

Les discus­sions entre des légendes, c’est l’as­su­rance d’avoir des discus­sions très inter­és­santes. Hier, Mats Willander, Boris Becker, Simon Halep et Justine Henin étaient donc réunis sur Eurosport Europe pour parler de leurs expé­riences respec­tives .Le sujet du premier titre dans un tournoi du Grand Chelem a été abordé. L’idée était de savoir ce que cela repré­sen­tait dans une carrière. Justine a alors pris la parole avec beau­coup d’élo­quence comme d’ha­bi­tude : « Le premier titre, c’est évidem­ment un rêve qui devient réalité. Mais dans mon cas, c’était aussi le point de départ pour devenir encore plus forte, pour conti­nuer à apprendre. Tout était un peu confus à vrai dire. Et puis derrière ce Roland‐Garros, j’ai vite enchainé avec l’US Open et l’Open d’Australie. J’avais que 21 ans, j’étais dans ma bulle, entouré par mon staff. Je me suis jamais dit qu’il fallait que je sois relax. Au contraire, c’était le début de ma carrière. Cette sensa­tion de relâ­che­ment, elle existe bien plus tard quand la concur­rence devient plus présente, quand vous avez l’im­pres­sion d’avoir accompli quelque chose. Pour ma part, si je devais résumer mon idée, elle tien­drait en quelques mots, l’envie et la force de la compé­ti­tion. C’est cela qui motive un cham­pion. C’est la clé. Quand vous vous donnez corps et âme à votre sport, vous avez à un moment l’im­pres­sion de jouer votre vie à chaque fois que vous rentrez sur un court. Cette pres­sion là, tant qu’elle existe cela veut dire que vous êtes prêt à vous battre, à progresser, à vous entraîner »