AccueilWTANicolas Tourte : "Pour le confinement, Elsa a intégré ma famille, c'était...

Nicolas Tourte : « Pour le confinement, Elsa a intégré ma famille, c’était plus simple »

-

On l’a souvent évoqué à We love Tennis mais la gestion du confi­ne­ment est assez diffé­rente suivant le statut du cham­pion mais aussi les condi­tions dans lesquelles il s’est installé. Nous avons donc contacté Nicolas Tourte, le coach de l’es­poir trico­lore Elsa Jacquemot qui s’en­traîne à la All In Academy dont le fonda­teur est Thierry Ascione.

En effet, nous avions appris qu’Elsa et Nicolas pouvaient presque s’en­traîner dans des contions opti­males, comme nous l’a confirmé Nicolas : « En fait, quand on a compris que le confi­ne­ment allait avoir lieu, on a beau­coup parlé avec Elsa et l’on s’est dit que c’était peut‐être une belle occa­sion d’avoir du temps pour bien bosser. Très vite, l’idée qu’elle vienne habiter à la maison avec ma petite famille nous a semblé très bonne, d’au­tant que j’ai la chance d’avoir un court de tennis dans ma rési­dence. »

Voilà donc quelques semaines qu’Elsa est devenue une membre à part entière de la famille Tourte et cela se passe très bien : « Elle s’est très bien inté­grée. Nos jour­nées sont bien ryth­mées et elles ne sont pas très diffé­rentes de celles d’une période clas­sique d’en­traî­ne­ment. Le seul vrai incon­vé­nient, c’est quand Elsa fait ses séances physiques dans l’ap­par­te­ment, car sur certains exer­cices, cela peut légè­re­ment perturber la vie de notre voisin du dessous. »

Il reste que Nicolas Tourte veut profiter au maximum de cette période pour faire progresser la Lyonnaise d’ori­gine : « Tout le monde le sait, le temps nous manque sur le circuit. Ce confi­ne­ment est donc très positif, même s’il y a des moments où on aime­rait être dans des condi­tions normales pour être encore plus effi­caces. Je sais par exemple que sur des exer­cices tech­niques très précis que l’on fait avec un seau de balles, Elsa préfère vrai­ment que je sois derrière elle, plutôt que de l’autre côté du court où je dois m’épou­moner pour lui donner mes conseils. »