Accueil WTA Strasbourg tente l’o­pé­ra­tion « Nom de code Serena »

Strasbourg tente l’opération « Nom de code Serena »

-

En 2007, les Internationaux de ten­nis de Strasbourg ont fran­chi un palier avec l’ar­ri­vée d’Amélie Mauresmo, Jelena Jankovic et Marion Bartoli. Placé idéa­le­ment avant Roland-Garros, le tour­noi ras­semble depuis quelques temps au moins deux joueuses du top 10 et plus de 15 joueuses du top 50. Mais cette année les orga­ni­sa­teurs veulent taper un grand coup.

Les meilleures joueuses fran­çaises seront pré­sentes à Strasbourg du 19 au 24 mai pro­chain. Marion Bartoli, Tatiana Golovin et Virginie Razzano font déjà par­ties de la liste. Mais les orga­ni­sa­teurs attendent plus. Pierre Staller et André Haass, res­pec­ti­ve­ment direc­teur et direc­teur adjoint du tour­noi, sont par­tis à Berlin pour ten­ter de s’en­tre­te­nir avec… Serena Williams. « On a une piste concer­nant Serena, on va essayer de l’ap­pro­cher. » ont expli­qué les deux diri­geants. Ils devraient éga­le­ment ten­ter de faire reve­nir Jelena Jankovic qui, aux côtés d’Amélie Mauresmo, avait créé un engoue­ment l’an der­nier avec à la clé le record d’af­fluence bat­tu et deux jour­nées à gui­chets fermés. 

Leur mis­sion est d’au­tant plus dif­fi­cile que le tour­noi de Strasbourg a déci­dé de ne plus accor­der aucune garan­tie aux joueuses et ce, quel que soit le sta­tut… comme c’est la cou­tume chez cer­tains orga­ni­sa­teurs pri­vés du cir­cuit WTA. La mau­vaise expé­rience de 2002 résonne encore dans la tête des Strasbourgeois : mal­gré les 500 000 francs (75 000 euros) pour s’at­ta­cher les ser­vices d’Ana Kournikova, la Russe n’a­vait fait qu’un petit tour avant de quit­ter pré­ci­pi­tam­ment l’Alsace. 

L’édition 2008 sera la der­nière année où le tour­noi aura le sta­tut de « tour­noi Open », c’est-à-dire ouvert à tous. En 2009, les choses chan­ge­ront : Strasbourg ne pour­ra accueillir qu’une joueuse du top10. Il reste encore trois wild cards à dis­tri­buer cette année. En 2007, les orga­ni­sa­teurs avaient décro­ché Amélie Mauresmo à deux heures du gong. Il ne reste plus que quelques jours pour réité­rer le même miracle avec Serena Williams. A suivre.

Instagram
Twitter