AccueilWTATownsend : « Ce n’est pas une opinion contro­versée de dire que l’Amérique…

Townsend : « Ce n’est pas une opinion controversée de dire que l’Amérique déteste les femmes noires et grosses »

-

Dans une longue et belle lettre écrite sur le site The Player’s Tribune, l’Américaine et actuelle 149e joueuse mondiale, Taylor Townsend, met un vrai coup de pied dans la four­mi­lière sur l’image des joueuses en surpoids (et noires) aux États‐Unis. Alors qu’elle s’ap­prê­tait à disputer l’US Open juniors en 2012 et qu’elle était numéro 1 mondiale, l’USTA lui a demandé de suivre un programme d’amai­gris­se­ment et ainsi de manquer le dernier Grand Chelem de l’année : « Taylor, tu dois venir en Floride immé­dia­te­ment, on va te mettre sur un bloc de huit semaines de fitness. »

Un témoi­gnage très fort et qui cible direc­te­ment la menta­lité désas­treuse et domi­nante des instances américaines. 

« J’ai décidé que je n’allais plus me laisser faire, que je n’allais plus me laisser humilier par ce monde de riches blancs »

« Je ne pense pas que ce soit une opinion contro­versée de dire que l’Amérique déteste les femmes noires et grosses, ça fait partie de la vie, c’est dans leur culture, c’est dans le système de santé. C’est quelque chose que l’on peut voir dans le sport et à Hollywood, tout le monde peut le voir autour de lui, c’est partout et surtout dans le monde du tennis. Je n’ai pas seule­ment été mis à l’écart parce que je n’en­trais pas dans le « moule » qu’un profes­sionnel du tennis devrait occuper, j’ai été punie. Ils m’ont pris quelque chose que j’avais gagné. J’étais grosse et noir, c’est comme ça qu’ils ont volé mon rêve. Ou du moins ils ont essayé. J’ai décidé que je n’al­lais plus me laisser faire, que je n’al­lais plus me laisser humi­lier par ce monde de riches blancs, une société dans laquelle j’avais passé toute mon enfance à ramper, à me pencher, à faire des efforts pour m’intégrer. »

Instagram
Twitter