AccueilWTAWTA FinalsErrani et Li ont une carte à jouer

Errani et Li ont une carte à jouer

-

La troi­sième journée du Masters s’est terminée hier et tout se décante. Dans la poule rouge, Serena Williams sort haut la main en tête de son groupe avec trois victoires en autant de matchs. Derrière, ça se jouera à coup sûr entre Na Li et Azarenka, qui s’af­frontent ce soir. Du côté de la poule blanche, Sharapova est en excel­lente posi­tion pour rallier les demi‐finales. A ses trousses, Radwanska et Errani, qui comp­ta­bi­lisent une victoire chacune, vont se disputer la deuxième place. Résumé d’une journée déterminante.

« Je vais être triste pour quelques temps après ce match, mais je vais rebondir pour revenir plus forte demain. Contre Na Li, ce sera la victoire ou la maison. Je vais tout donner ». Et il va bien falloir, Victoria… Hier, la Biélorusse n’as rien pu faire. Sur‐dominée par une Serena souve­raine à Istanbul, la numéro un mondiale s’est inclinée 6–4 6–4. Une onzième défaite en douze rencontres contre l’Américaine. Ca commence à peser lourd. Et surtout, cela met Azarenka sous pres­sion. Parce que si Williams est offi­ciel­le­ment quali­fiée avec trois victoires, Vika n’est pas assurée de terminer deuxième. Ce soir, la joueuse de 23 ans va affronter Na Li. Une Chinoise qui en a encore sous la semelle, comme le prouve sa victoire face à Angelique Kerber. La huitième mondiale peut toujours espérer rallier les demi‐finales en cas de victoire contre la numéro un mondiale. Aux confron­ta­tions directes, les deux femmes sont a égalité parfaite. Quatre victoires chacune. Mais (car il y a un mais), la Biélorusse a remporté leurs trois derniers matchs. Dont deux cette année, à Sydney (6–2 1–6 6–3) et Madrid (3–6 6–3 6–3). Il faudra donc néan­moins un exploit pour la Chinoise. « Ce sera un match diffi­cile. Elle est numéro un mondiale et a réalisé une année incroyable. Je vais essayer de faire de mon mieux et j’es­père jouer comme je l’ai fait contre Kerber, en tapant bien dans la balle et en évitant les erreurs. »

De l’autre côté, il y aura aussi un match à suspense. Si Maria Sharapova, qui jouera une Sam Stosur exté­nuée, ne devrait pas rencon­trer de problèmes pour finir seule en tête, Errani et Radwanska sont au coude à coude. La première avait mal débuté. Avec une défaite évidente contre Masha mardi, on ne donnait pas cher de la peau de l’Italienne. Mais cette dernière a eu le loisir de se ressaisir face à la rempla­çante austra­lienne hier. Une victoire 6–3 2–6 6–0 qui a deux effets : un regain de confiance d’une part. Et une possible quali­fi­ca­tion pour les demi‐finales. Ce qui serait déjà énorme pour Errani, déjà auteur d’une année formi­dable. Pour cela il faudra battre Agnieszka Radwanska. La Polonaise, battue par Sharapova hier, a fait douter la Russe. Mais peut‐on lui accorder crédit ? Son premier match contre Kvitova ne fait peut‐être pas figure de réfé­rence, la Tchèque étant souf­frante. C’est peut‐être ce soir que la fina­liste de Wimbledon pourra enfin se tester. Radwanska a le dessus sur l’Italienne dans les confron­ta­tions directes (cinq victoires à une). On se souvient notam­ment de cette victoire expé­di­tive à Madrid, où Agnieszka a étrillé Errani en deux manches 6–0 6–1. Sur la surface fétiche de la septième mondiale… « C’est une très forte joueuse. Je la connais et nous avons joué l’une contre l’autre dans le passé. Ce sera un match très compliqué, nous allons voir ce qui se passera. »

Avantage Radwanska. Mais méfiance. Sara n’a rien à perdre.

Serena : « Tout a été meilleur ! »
Errani bat Stosur
Merci, Kerber et Radwanska !