AccueilWTAWTA - Los AngelesLes premiers éclairs de Sharapova

Les premiers éclairs de Sharapova

-

Victorieuse de Victoria Azarenka au deuxième tour du tournoi de Los Angeles, Maria Sharapova vient de battre une deuxième membre du top 10 en une semaine, après Nadia Petrova la semaine dernière Stanford. De belles promesses à quelques semaines de l’US Open.

Privée à plusieurs reprises de compé­ti­tion, Maria Sharapova a toujours su rebondir. Absente une partie de la saison 2007 à cause de son épaule, la Russe était revenue en trombe début 2008, gagnant l’Open d’Australie. Cette fois‐ci, à la suite d’une nouvelle inter­rup­tion due à son épaule, l’an­cienne numéro 1 mondiale a déjà fait parlé la poudre après deux tour­nois disputés. A Stanford, elle a sorti Nadia Petrova 6–1, 6–2, avant de subir la loi de Venus Williams 6–2, 6–2. A Los Angeles, c’est Victoria Azarenka qui a dû baisser pavillon devant Sharapova, 6–7, 6–4 6–2. La Russe jouera sa place en quarts de finale contre Lucie Safarova, rien d’insurmontable.

Si Venus Williams avait stopper Sharapova à Standord, il n’y a guère de tel obstacle à Los Angeles pour la Russe avant les demi‐finales où pour­rait se présent Vera Zvonareva, Nadia Petrova ou Flavia Pennetta. Pas de quoi non plus effrayer l’an­cienne numéro 1 mondiale. Ce dont l’in­for­tunée Azarenka a laissé entendre. « Maria est une grande joueuse. Elle a toujours son jeu. Cela ne change rien si elle était absente durant presque une année. » La Russe est toujours crainte par ses consœurs. Mais elle doit encore faire quelques réglages impor­tants si elle veut retrouver les sommets et battre les toutes meilleures joueuses du monde. « J’ai eu tant d’oc­ca­sions de gagner le premier set. Mais j’ai été capable de gagner le deuxième et de jouer une troi­sième manche solide. Je savais que dans ce match, je devais aller cher­cher ma victoire, et être très solide pour rester dans le tournoi. J’ai réussi ce pari, et je me suis donné une chance de jouer demain. »

Toutes ces occa­sions manquées de la première manche, Sharapova les avait déjà évoquées à Stanford lors de sa défaite contre Venus Williams. « J’aurais dû saisir les oppor­tu­nités qui m’ont été présen­tées. C’est quelque chose qui vient en jouant des matchs, et pour le moment, ce n’est encore auto­ma­tique pour moi », avait elle déclaré. Si cela est passé contre Azarenka, victo­rieuse à Miami en battant une Serena Williams blessée mais encore un peu tendre pour le très haut niveau, contre une Safina, une Kuznetsova ou les sœurs terribles, ce sont des choses qui ne pardonnent pas. La suite du tournoi donnera d’autres indi­ca­tions sur le réel état de forme de Sharapova, autant physique, que tennis­tique ou encore mental. La Russe a le temps, l’ex­pé­rience et surtout la volonté pour retrouver sa place au sommet.