AccueilWTAWTA - OeirasBartoli cale encore

Bartoli cale encore

-

Marion Bartoli manque son entrée en lice à Oeiras. Pour son premier match de l’année sur terre, elle chute face à Shuai Peng, 6–0 1–6 6–4 en 1h47. La Française n’ar­rive pas à se sortir de sa spirale néga­tive.

Engagée à Oeiras en tant que tête de série numéro un, Marion Bartoli part favo­rite dans cette rencontre. Mais après 22 minutes de jeu, le résultat est acca­blant : elle est menée 6–0 avec notam­ment deux jeux blancs. La Française doit réagir. Elle prend alors les choses en main et récu­père le deuxième set ne lâchant qu’un jeu à son adver­saire. Le dernier set aura été de combat. Jusqu’à 3–3, Bartoli tient bon, les deux jeux suivants sont très serrés mais elle les perd. Avant de fina­le­ment s’in­cliner sur un jeu blanc.

On espé­rait pour­tant voir la Française relever la tête. En Fed Cup, elle a été impres­sion­nante, à l’image de son premier set gagné 6–0 contre Voskoboeva. De plus avec le retour tempo­raire de son père, Walter Bartoli, toutes les cartes semblaient réunies. Malgré ça, sa mauvaise dyna­mique ne la laisse plus tran­quille. Elle reste sur trois défaites consé­cu­tives au premier tour. Son ratio de l’année n’est pas non plus avan­ta­geux – elle compte huit défaites en 19 rencontres.

C’est inquié­tant pour la Française. Néanmoins, la terre de Oeiras n’est pas le dur de Besançon. L’adaptation est diffi­cile pour son premier match sur terre. Et les condi­tions clima­tiques n’ont pas arrangé la chose. Le vent portu­gais est beau­coup critiqué depuis le début du tournoi, même si, par ailleurs, le problème semblait être mis en veilleuse aujourd’hui. Enfin, Shuai Peng est une adver­saire coriace. La Chinoise, 34ème mondiale, a souvent posé problème à Bartoli depuis 2010 – elle l’a battu deux fois en six rencontres. Bref, une rencontre à oublier, mais qui ne doit pas non plus inciter à la panique : la situa­tion n’est pas moins catas­tro­phique qu’a­vant ; mais elle ne l’est pas plus !

Article précédentBartoli dehors
Article suivantPHM n’est pas seul