AccueilWTAWTA - StrasbourgGarcia : "Une préparation parfaite pour Roland Garro"

Garcia : « Une préparation parfaite pour Roland Garro »

-

Absente lors de la dernière édition et lauréate en 2016, Caroline Garcia fait son retour aux Internationaux de Strasbourg où le public est ravi de la retrouver. Auteur d’un excellent week‐end en Fed Cup le mois dernier face à la Roumanie, la Lyonnaise est notam­ment revenue, à l’oc­ca­sion d’un live publié sur le Facebook du tournoi, sur sa forme actuelle et sa rela­tion avec son équipe.

Sur son retour aux Internationaux de Strasbourg…
« C’est un super tournoi, c’est bien orga­nisé. N’ayant pas parti­cipé l’année dernière, je suis super contente de pouvoir jouer en France et plus parti­cu­liè­re­ment à Strasbourg ou j’ai d’excellents souve­nirs, autant aux IS avec mon titre, que sur la finale de la Fed Cup (en 2016) même si ça ne s’était pas fini comme on le voulait mais ça reste une super expé­rience. On avait vécu quelque chose de très fort avec le public stras­bour­geois. Je suis heureuse de pouvoir prendre la tempé­ra­ture en France avant Roland Garros et ça fait du bien de pouvoir jouer sur le terri­toire fran­çais. C’est une prépa­ra­tion parfaite pour Roland Garros, je ne peux pas demander bien mieux à part du soleil toute la semaine. »

Sur son retour en Fed Cup…
« Forcément j’ai été conquis par le projet de Julien Benneteau mais c’est avant tout une déci­sion person­nelle et une envie, une volonté de jouer pour l’équipe de France. J’ai toujours dit que c’était une compé­ti­tion qui me tenait très à cœur mais je ne m’étais pas donné de date précise de retour. Puis j’ai échangé avec mon équipe là‐dessus on a pensé que c’était un bon timing et qu’il y avait des condi­tions favo­rables pour revenir. »

Sur sa rela­tion avec son père et son équipe…
« C’est mon père le coach, on travaille avec d’autres personnes, on est pas tout seul dans l’équipe. Mon équipe est très bien comme ça et je fais confiance aux personnes qui sont dans mon équipe et c’est le plus impor­tant. Sans mon père et mes parents je ne serais jamais devenue la joueuse que je suis devenue, ils ont fait de gros sacri­fices, ils ne savaient pas ce que ça allait donner mais ils sont restés droit dans leur botte et ils ont cru au projet, ils ont cru en moi. J’ai tota­le­ment confiance en eux et dans le haut niveau le plus impor­tant c’est d’avoir confiance dans les personnes qui t’entoure. »

Sur sa forme actuelle et ses douleurs au poignet…
« A Madrid ça été un tournoi inté­res­sant, un peu sur la lancée de ce que j’avais fait en Fed Cup face à Halep, après Kvitova a été plus forte que moi et elle m’a battu assez sèche­ment. Sur Rome ça été beau­coup plus compliqué pour moi avec beau­coup de tensions, physi­que­ment je n’étais pas au point et Kristina (Mladenovic) a fait un très bon match. Il y a eu des hauts et bas et j’arrive à Strasbourg pour faire des matchs, essayer de progresser et mettre en place plusieurs choses que j’ai en tête. Sur le poignet, ce n’est pas parfait, après Rome j’ai pris du repos, je suis allée consulter à Lyon avec mon équipe, on a pris du temps pour faire de la réédu­ca­tion et pour me reposer. Je sais que ce ne sera pas tota­le­ment parfait mais j’espère que c’est sur la bonne voie. »

De votre envoyé spécial à Strasbourg