AccueilOpen d'AustralieFederer reçu 20/20

Federer reçu 20/20

-

Il l’a fait ! Intraitable depuis le début de la quin­zaine, Roger Federer a conservé son titre à l’Open d’Australie en domi­nant un renver­sant Marin Cilic en cinq manches, 6–2, 6–7(5), 6–3, 3–6, 6–1 après 3h03 de jeu. À 36 ans, le Suisse décroche son sixième titre à Melbourne, le ving­tième en Grand Chelem ! La légende ne cesse de s’écrire.

Insubmersible, éternel, légen­daire, invin­cible, immortel… Les super­la­tifs manquent pour décrire la perfor­mance de Roger Federer. À 36 ans, le Suisse défie le temps en rempor­tant un ving­tième titre du Grand Chelem. Un chiffre qui donne le vertige tant il paraît irréel. Au cours de cette finale, il a démontré toute sa gestion de l’événement car le numéro 2 mondial ne pouvait pas rêver d’une plus belle entame : 24 minutes de jeu, deux points perdus sur sa mise en jeu. Le Suisse a pris les commandes avec un premier set ronde­ment mené qui lui a permis d’asphyxier son adversaire.

Celui‐ci est proche de craquer dans le deuxième set mais il parvient à écarter trois balles de break avant de concré­tiser sa troi­sième balle de set dans le jeu décisif. La rencontre est alors relancée avant que le Bâlois accé­lère une nouvelle fois en brea­kant à 3–2. Libéré et de nouveau en tête, le numéro 2 mondial pense alors avoir fait le plus en dur en menant 3–1 dans le quatrième set.

Les ressources de Cilic

Mais c’était sans compter sur les ressources de Marin Cilic. Proche de la rupture en devant écarter une balle de double break à l’entame du quatrième, le futur numéro 3 mondial enchaîne alors cinq jeux de suite pour égaliser à deux manches partout. Cilic fait alors le jeu et domine les débats face à un Federer qui semble moins frin­guant physi­que­ment, avec un pour­cen­tage de premières en chute libre (36% sur le quatrième acte). 

Un premier jeu de cinquième set décisif

Il est d’ailleurs tout près de réaliser un début parfait au cinquième mais rate le coche sur ses deux balles de break, gâché par deux retours dans le filet. Presque mira­culé, Roger Federer s’en sert pour mettre la tête sous l’eau de son adver­saire en lui prenant son service le jeu suivant. Le plus dur est fait. La suite est un cava­lier seul dans cette ultime manche. Après 3h03 de jeu et sur un nouveau chal­lenge, comme en 2017, Roger Federer va retrouver son ami « Norman » (nom du trophée) pour la sixième fois de sa carrière.

Federer seul dans la légende

Un total qui lui permet d’égaler Novak Djokovic et Roy Emerson qui étaient les deux joueurs les plus titrés à Melbourne. Il devient égale­ment le troi­sième joueur de l’ère Open à soulever quatre trophées du Grand Chelem après Ken Rosewall et Rod Laver. Avec son ving­tième titre du Grand Chelem, Roger Federer est plus que jamais seul dans la légende et tutoie des sommets jamais atteints. La preuve, il a remporté 10% des tour­nois du Grand Chelem depuis l’ère Open. Vertigineux.

Article précédentLe 20e de Federer !
Article suivantLes larmes de Federer