AccueilJeux OlympiquesDjokovic : « La pres­sion est un privi­lège. Sans elle, il n’y a…

Djokovic : « La pression est un privilège. Sans elle, il n’y a pas de sport professionnel »

-

Facile et solide vain­queur de Davidovich Fokina en huitièmes de finale du tournoi olym­pique (6–3, 6–1), Novak Djokovic a été inter­rogé en confé­rence de presse d’après match sur la fameuse pres­sion que doit gérer chaque athlète de haut niveau. Une ques­tion posée notam­ment à la suite des problèmes rencon­trées sur cette gestion de la pres­sion par Naomi Osaka ou plus récem­ment par la gymnaste Simone Biles. Et visi­ble­ment, le numéro 1 mondial semble être fait d’un autre bois que la plupart des spor­tifs professionnels.

« La pres­sion est un privi­lège. Sans elle, il n’y a pas de sport profes­sionnel. Si vous visez à être au sommet du jeu, vous feriez mieux de commencer à apprendre à gérer la pres­sion et à gérer ces moments. Sur le terrain, mais aussi hors du terrain, toutes les attentes et tout ce bour­don­ne­ment et tout ce bruit… J’ai appris à déve­lopper un méca­nisme pour y faire face de manière à ce que cela ne soit pas une distrac­tion pour moi, ça ne m’épui­sera pas. Je sens que j’ai assez d’ex­pé­rience pour savoir moi‐même comment marcher sur le court et jouer mon meilleur tennis », a affirmé le numéro 1 mondial avant de conclure : « Personne n’est né avec ces capa­cités, ces capa­cités viennent avec le temps. »

Instagram
Twitter