AccueilLe blog de la rédac’Non, Djokovic n’est pas fou

Non, Djokovic n’est pas fou

-

Hier (mercredi), sur les coups de minuit, après avoir marqué le dernier point de son duel face à Berrettini, Nole est entré en « transe » quelques secondes en produi­sant des cris que seuls les « animaux » peuvent émettre. 

Pourtant, cette atti­tude n’est pas compliqué à comprendre.

Lors de sa confé­rence de presse, le numéro 1 mondial a d’ailleurs bien résumé la situa­tion insis­tant plus sur les condi­tions de ce succès que sur le fait de jouer Nadal au prochain tour.

On pourra aussi noter le rôle de sa chute à 3 partout dans le quatrième set, chute spec­ta­cu­laire où forcé­ment le numéro 1 mondial a dû imaginer le pire. Si l’on rajoute à cela l’am­biance pas forcé­ment pro‐Djoko et l’éva­cua­tion puis le retour sur le central, on comprend fina­le­ment pour­quoi le Serbe a pu sortir de ses gongs.

Non, Djokovic n’est pas fou. 

C’est un immense cham­pion qui sait mieux que quiconque quand il est en danger, quand il est à deux doigts de passer à côté d’un évène­ment majeur. 

Ce vendredi face à Rafa, il sera forcé­ment prêt. Cette demi‐finale, il l’a voulait plus que tout, surtout après la gifle d’oc­tobre dernier…

Instagram
Twitter