Wimbledon
Serena en patronne



Malgré une frayeur au moment de conclure en concédant son service, Serena Williams a su dompter Julia Goerges en deux manches, 6-2, 6-4 et 1h10 de jeu. Plus de dix mois après avoir donné naissance à son premier enfant, l’Américaine se qualifie pour sa dixième finale de Wimbledon où elle affrontera comme en 2016, Angelique Kerber.

Aucun doute, Serena Williams is back. Si sa reprise sur le circuit avait été logiquement hésitante, Wimbledon 2018 marque définitivement le retour de la reine. Si tout n’était pas parfait lors des tours précédents où elle a été bousculée par Kristina Mladenovic ou Camila Giorgi, l’ex-numéro 1 mondiale est montée en régime face à Julia Goerges. Très performante physiquement, elle a étouffé l’Allemande de bout en bout pour s’imposer 6-2, 6-4 en seulement 1h10 de jeu. Sa seule frayeur est intervenue à 5-3 lorsqu’elle a servi pour le gain du match. Loin d’avoir fait un mauvais jeu, son adversaire a su aller chercher le debreak. Mais derrière, en championne, Serena a remis les pendules à l’heure pour valider son billet.

Serena peut égaler Margaret Court en cas de victoire

À presque 37 ans (en septembre prochain), Serena Williams se qualifie pour sa 30e finale de Grand Chelem, la dixième à Wimbledon. Face à Angelique Kerber pour un remake de la finale 2016, elle aura rendez-vous avec l’histoire. Un succès lui permettrait d’égaler le record de 24 titres du Grand Chelem de Margaret Court. Plus de dix mois après être devenue maman, c’est absolument incroyable.



Tous les produits de Serena Williams sont chez Tennis Warehouse, notre partenaire.
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.