AccueilATPRafael Nadal : « Je n’étais pas à cent pour cent »

Rafael Nadal : « Je n’étais pas à cent pour cent »

-

Ce ne sera pas encore pour cette fois. Rafael Nadal est passé tout proche de son premier trophée en 2008. Mais après des mois de disette, le jeune Espagnol est passé à coté de sa finale des Masters Series de Miami. Après sa défaite en finale du tournoi de Chennai en janvier, le numéro deux mondial a une nouvelle fois chuté lors d’une finale face au Russe Nikolay Davydenko. Pour autant Rafael Nadal n’est toujours pas du genre à se défiler. Petit debrie­fing en quelques cita­tions de sa confé­rence de presse post‐match. 

Rafael Nadal a concédé ne pas être à cent pour cent :  » [Davydenko] est un grand joueur. […] Je n’ai pas bien joué, et contre les meilleurs joueurs, si l’on est pas à cent pour cent c’est diffi­cile de gagner. J’ai eu une balle de break, un point impor­tant. Je ne l’ai pas convertie. J’ai fait une erreur sur un coup droit. Après ce point, il a beau­coup mieux joué. » Le Majorquin reste néan­moins très satis­fait de sa tournée sur dur : « Je me sens parfai­te­ment bien.[…] Maintenant, il faut que je posi­tive, la tournée sur dur a été bonne. C’est ce que je retiens. » 

A noter que Nadal, deuxième à l’ATP Race derrière Novak Djokovic, grignote peu à peu du terrain sur Federer avec 5930 points contre 6300 pour le Suisse au clas­se­ment ATP. L’ Espagnol estime même être en avance sur ses objec­tifs de la saison : « C’est beau­coup de points en trois mois. Je suis content de ça. » 

Le Majorquin n’a pas oublié d’ajouter son grain de sel à propos du chan­ge­ment du nombre de sets gagnants des Masters Series de Miami (les matches se gagnaient en seule­ment deux sets, cette année) qu’il estime déce­vant : « Je pense que c’est bien pour les joueurs, parce que nous avons des semaines très char­gées. […] Mais le tennis, c’est cinq sets. Les grands matches de tennis se jouent en cinq sets.[…] Tous les grands matches que j’ai joué étaient en cinq sets. Pour moi, les matches en deux sets gagnants, c’est décevant. » 

Nous l’au­rons compris, l’ essen­tiel pour le Majorquin n’était pas à Miami. Le numéro deux mondial n’a pas fait de ces tour­nois sur dur ses objec­tifs primor­diaux. Il attend désor­mais avec impa­tience sa surface de prédi­lec­tion, sa terre promise : la terre battue. Alors qu’il n’a plus gagné de tournoi depuis le 22 juillet 2007 à Stuttgart, Rafa compte bien remettre la machine de guerre en marche. Prochain objectif : les Masters Series de Monte Carlo, tournoi qu’il s’ad­juge tous les ans depuis 2005.

Instagram
Twitter