AccueilExhibitionYastremska : "Si j’avais la possibilité d’organiser le même genre de tournoi...

Yastremska : « Si j’avais la possibilité d’organiser le même genre de tournoi que l’Adria Tour, je n’hésiterais pas une seconde »

-

Novak Djokovic est attaqué de partout suite à l’affaire de l’Adria Tour. Dayana Yastremska, 25e joueuse mondiale, a publié un long texte sur son compte Instagram. 

L’Ukrainienne de 20 ans tente de comprendre la situa­tion et défend l’idée qu’a voulu mettre en place le numéro 1 mondial : « Lorsque vous êtes célèbre, que vous êtes au plus haut niveau, les yeux de milliers de personnes sont sur vous. Le premier doit accepter le rôle d’ambassadeur et qu’il devient un modèle pour beaucoup. 

Le tennis est un sport incroyable, avec un longue histoire et une culture unique. Les choses qui se passent dans le monde cette année sont impen­sables et consti­tuent sans aucun doute un coup dur pour notre sport préféré. 

Chaque joueur avait ses projets, ses aspi­ra­tions et ses objec­tifs pour cette année. Aujourd’hui, et j’en suis sûre, chacun d’entre nous n’a que ces ques­tions en tête. Ces ques­tions sont : quand allons‐nous rejouer, redonner de la joie aux gens et les inspirer ? Quand allons‐nous recom­mencer notre sport préféré ? Je suis affligée et boule­versée par la situa­tion qui est créée autour de l’organisation de l’Adria Tour en Serbie. Les orga­ni­sa­teurs et les joueurs se sont retrouvés sous une pres­sion énorme. D’une certaine manière, on oublie que la compé­ti­tion s’est déroulée dans le respect des normes et des règles du pays. Si j’avais la possi­bi­lité d’organiser le même genre de tournoi, je n’hésiterais pas une seconde.

Je suis la tête de « Diya », une fonda­tion cari­ta­tive qui a aidé les gens au cours de la pandémie. J’ai égale­ment créé un clip pour informer les gens sur le virus. Je sais que cette menace est grave et invi­sible, c’est ce qui la rend dange­reuse. Cependant, j’ai parfai­te­ment conscience que nous vivons à l’ère de la liberté où chacun peut prendre ses propres déci­sions et devenir qui il veut. Je ne serais pas joueuse de tennis si cette liberté n’existait pas depuis 29 ans dans mon pays. C’est cette liberté et cette indé­pen­dance qui exigent que chacun soit respon­sable de lui‐même et de ses actes. Cela signifie que chacun a le droit de choisir et d’assumer sa respon­sa­bi­lité person­nelle. Dans cette situa­tion, n’importe qui pour­rait être infecté. »

View this post on Instagram

❗️❗️❗️CONCLUSION OF THE STATEMENT IS IN THE COMMENTS❗️❗️❗️ When you are famous, when you compete at the top level, the eyes of a thou­sand are inevi­tably chained to you. The first one has to accept the role of the ambas­sador of a sort, while he becomes a role model for many. It doesn’t matter if you play at side court or in the central arena – as a tennis player, you always try to show the best you can and share the emotions with your team and other people around you. Tennis is an incre­dible sport, with a long history and unique culture. Things that are happe­ning in the world this year are unthin­kable and are undoubt­fully a massive blow to our favo­rite sport. Every tennis player had their plans, aspi­ra­tions, and goals for this year. Now, and I am sure about that, every one of us has only these ques­tions in the head. These ques­tions are : “When we start playing and giving people joy and inspi­ra­tion?” and “When we will finally start to do our favo­rite thing?”. I am afflicted and upset by the situa­tion that has emerged around the orga­ni­za­tion of the “Adria Tour” tour­na­ment in Serbia. The orga­ni­zers and players of the event found them­selves under tremen­dous pres­sure. It is somehow even getting out of sight that this compe­ti­tion was held in compliance with country’s norms and regu­la­tions. If I had an oppor­tu­nity to host the same kind of tour­na­ment, I would not hesi­tate a second. I am the head and orga­nizer of “Diya” Charity Foundation that directly helped people at the course of the pandemic. I also created a clip to educate people about a virus. I know that this threat is severe and invi­sible, which makes it dange­rous. However, I am also perfectly aware that we live in the age of liberty when everyone can make their own deci­sions and can become whoever he wants. I would not be a tennis player today if this freedom did not occur twenty‐nine years ago in my country. It is this freedom and inde­pen­dence that demands that everyone should be respon­sible for them­selves and their actions. It means that everyone has a right of choice and personal respon­si­bi­lity. In that situa­tion, anyone could get infected.

A post shared by Dayana Yastremska 👑 (@dayana_yastremskay) on