AccueilJeux OlympiquesTsonga en mode diesel

Tsonga en mode diesel

-

Jo‐Wilfried Tsonga a réussi à valider son ticket pour le deuxième tour du tournoi olym­pique de Londres en domi­nant dans la douleur le Brésilien Tomaz Bellucci 6–7(5) 6–4 6–4. Après un premier set d’ob­ser­va­tion, Tsonga est parvenu à breaker dans chaque manche. Des débuts pous­sifs pour la plus belle chance Française.

« Mon premier match n’est pas forcé­ment évident. J’affronte un joueur qui est en confiance, qui a gagné pas mal de matches ces dernières semaines. Ce n’était pas forcé­ment sur gazon mais un adver­saire en confiance c’est toujours un adver­saire dange­reux. » Jo‐Wilfried Tsonga avait bien raison de se méfier de son adver­saire du jour. Thomaz Bellucci, vain­queur sur la terre battue de Gstaad la semaine dernière, faisait figure d’épou­van­tail pour le premier tour de Tsonga. Au terme d’un match très disputé, le Manceau est parvenu à renverser la vapeur du premier set pour fina­le­ment s’im­poser en trois manches 6–7(5) 6–4 6–4. Une victoire dans la douleur qui a permis à Tsonga d’en­trer tout de suite dans le vif du sujet des Jeux. Ce fut diffi­cile, ce fut indécis, mais Tsonga a franchi l’obs­tacle Bellucci et sera au rendez‐vous du second tour, comme tous les Français engagés (à l’ex­cep­tion de Richard Gasquet qui jouera demain face à Robin Haase). 

Le match débute de façon simi­laire de part et d’autre : les deux joueurs servent bien et assurent leurs jeux de service mais se montrent peu entre­pre­nants sur les mises en jeu adverses. Résultat : chacun conserve son service et voilà les deux hommes au tie‐break dans le premier set après 43 minutes de jeu. Lors de ce jeu décisif, bis repe­tita. Les points défilent de manière alternée et les prota­go­nistes se tirent la bourre. Bellucci décide alors d’ap­puyer sur l’ac­cé­lé­ra­teur et surprend un Tsonga un poil trop atten­tiste. Premier set Bellucci. Sûr de son fait, le numéro 6 mondial ne montre pas l’ombre d’un doute et modifie son approche. Après 4 jeux d’ob­ser­va­tion dans la deuxième manche, Jo attaque et breake Bellucci à 3–2. Un break décisif puis­qu’il permet à Tsonga de dérouler pour revenir à un set partout. 6–4. L’ultime acte ressemble aux premiers. Après quelques jeux de service bien tenus, Bellucci lâche prise et concède sa mise en jeu pour la deuxième et dernière fois du match à 4–3. Tsonga ne se fait alors pas prier pour confirmer ce break d’avance. Le jeu de service remporté par le Brésilien ensuite n’y change rien, Tsonga s’im­pose 6–4 dans la dernière manche et répare son « faux‐départ ». 

Il s’en est donc fallu de peu pour que Tsonga ne passe à la trappe dès le premier tour et signe la plus grosse surprise de ce premier week‐end de compé­ti­tion. En seule­ment deux breaks, un dans chacun des deux derniers sets, Jo a fait la diffé­rence et s’est adjugé une victoire diffi­cile bien que méritée. Au prochain tour, la donne devrait se corser un peu plus puisque Tsonga affron­tera le vain­queur du match entre Tatsuma Ito, 69ème mondial, et Milos Raonic, 25ème. Mais à la vue des deux dernières manches jouées par Jo, il y a de quoi être opti­miste. Si le score n’est pas des plus flat­teurs, le mérite en revient surtout à Bellucci, auteur d’un très bon match grâce notam­ment à la soli­dité de son service. Alors oui, Tsonga a céder un set, oui il lui a fallu un peu de temps pour rentrer dans ses premiers Jeux Olympiques (blessé au genou en 2008 et forfait pour Pékin). Mais Tsonga est là et fait partie des outsi­ders, sinon des favoris à la course aux médailles. Après tout, les deux premières têtes de série que sont Roger Federer et Novak Djokovic ont aussi concédé un set lors de leur premier tour ici.

Article précé­dentTsonga dans la douleur
Article suivantLe programme de lundi
Instagram
Twitter