AccueilFed CupLa France cède face la Slovaquie

La France cède face la Slovaquie

-


La France s’in­cline fina­le­ment 3–1 contre la Slovaquie à Bratislava. Ce dimanche Cibulkova et Hantuchova étaient trop fortes pour les Bleues. Les premières disposent faci­le­ment et respec­ti­ve­ment de Pauline Parmentier 6–4, 6–3 et de Alizé Cornet, 6–3, 6–4. Contrairement à samedi, les Tricolores n’ont jamais semblé être en mesure de l’emporter. Epilogue d’un tris te week‐end slovaque.

Comme samedi, Pauline Parmentier est la première à lancer les hosti­lités, face à Cibulkova. On espère beau­coup de ce match tant la Française a montré des signes de satis­fac­tion la veille face à Hantuchova, contrai­re­ment à son adver­saire du jour complè­te­ment passée à côté de son match face à Razzano. Hélas, les trois heures de match de la veille auront raison de la résis­tance de Pauline. La Tricolore résiste jusqu’à 4–4 dans le premier set. La cadence imprimée par la petite Slovaque finit par faire craquer la numéro un Française. 6–4 pour Cibulkova.

Mais Pauline ne se laisse pas abattre pour autant et prend l’avan­tage 2–0 dans le second round. Eclaircie de courte durée car Cibulkova recolle vite au score et fait valoir son statut de 16ème mondiale. Elle ne passera pas à côté d’un second simple et certai­ne­ment pas devant son public. C’est elle qui a le contrôle de la partie, elle imprime le rythme et fait mal à Parmentier. Cette dernière ne peut faire mieux que de résister. Insuffisant pour s’im­poser. Et la Française perd la deuxième manche 6–3 après seule­ment 1h18 de jeu. 

« Contre une fille qui est très agres­sive comme elle, ça devient plus compliqué. J’avais du mal à relancer et quand l’échange commen­çait à durer, c’est elle qui prenait rapi­de­ment le dessus sur moi. J’avais du mal à la repousser. Forcément, les trois heures de samedi se sont ressen­ties, mais si on veut faire de grandes choses, il faut être capable de rebondir, même après un match comme celui‐là. Pour l’équipe, pour le staff, j’au­rais aimé rapporter ce point », rapporte Pauline après le match. La pres­sion est désor­mais sur les épules d’Alizé Cornet.

Cornet remplace Razzano

A la surprise géné­rale, Nicolas Escudé décide de titu­la­riser Alizé Cornet en lieu et place de Virginie Razzano pour ce simple qui s’an­nonce décisif. Pourquoi le Capitaine opte pour ce choix là alors que Virginie a réalisé un excellent match la veille ? Pourquoi le Capitaine décide de lancer dans l’arène Alizé dans un match couperet alors que la joueuse enchaîne les contre perfor­mances en Fed Cup et montre de réelles limites sur le plan psycho­lo­gique ? Les réponses inter­vien­dront plus tard.

Mais à l’issue de la défaite d’Alizé, il est légi­time de se les poser. Comme souvent, Cornet est lâchée dans l’arène pour main­tenir la France hors de l’eau. Lourde tâche. Une de plus pour l’an­cienne Top 20 en Fed Cup. Dans le premier set, la Niçoise tient le coup jusqu’à 3–3. Daniela Hantuchova n’im­pres­sionne pas. Dommage que la Française soit trop incons­tante car Alizé joue bien et pour­rait se déta­cher en évitant des fautes bêtes. Un coup d’ac­cé­lé­ra­teur plus tard, Hantuchova empoche le premier set. 

Puis breake dans le second. La tâche d’Alizé prend un peu plus de poids. Comme si ça ne suffi­sait pas mais la Bleue arrive à rester dans le match et pratique un excellent tennis par inter­mit­tence, ce qui lui permet de recoller à 4–4. Lors du neuvième jeu, au courage, elle sauve deux balles de break avant de perdre son enga­ge­ment. Puis sauve une balle de match à 4–5 et obtient des balles d’éga­li­sa­tion. Le clan fran­çais y croit. Mais l’in­cons­tance, ce vilain défaut qui ne pardonne pas finit par faire plier la Française. Sans forcer son talent, Daniela Hantuchova apporte le point décisif à la Slovaquie après un 6–4 dans le second set.

La France, défaite, est condamnée à disputer un match de barrage en avril pour se main­tenir dans le groupe mondial II. Les Bleues n’en finissent plus de dégrin­goler et ça commence à vrai­ment devenir inquié­tant. Il est grand temps de faire bouger les choses dans le tnnis féminin fran­çais. Car en plus de la défaite face à un équipe slovaque plus forte sur le papier, c’est encore un triste épisode que viennent de vivre les Bleues. Un de plus. Bartoli toujours absente, le pathé­tique feuilleton Rezaï, Alizé qui n’as­sure toujours pas en Fed Cup, un Capitaine dont le mana­ge­ment est décrié… les maux sont nombreux pour une équipe qui voulait revenir au plus vite dans le groupe mondial I. Mais il va falloir se faire à l’idée que les Tricolores sont à leur place.

Découvre la collec­tion femme d’Adidas créée par Stella McCartney

Défaite de la France

Cornet remplace Razzano

France et Slovaquie à égalité

Article précédentLa Serbie égalise
Article suivantLe double pour la France