Accueil WTA D’un côté à l’autre de l’Atlantique, des ensei­gne­ments légè­re­ment différents

D’un côté à l’autre de l’Atlantique, des enseignements légèrement différents

-

Alors que les deux tour­nois de reprise se sont ache­vés ce dimanche, Lexington et Prague ne per­mettent pas de déga­ger une ten­dance claire pour les semaines à venir. En effet, les ensei­gne­ments tirés de cha­cune des deux com­pé­ti­tions ne sont pas exac­te­ment les mêmes. 

D’un côté, la finale de Prague a oppo­sé la tête de série numé­ro 1, Simona Halep, à la tête de série numé­ro 3, Elise Mertens. En appa­rence, la hié­rar­chie a donc été plu­tôt res­pec­tée. Cependant, ce constat ne doit pas faire oublier que Ekaterina Alexandrova (tête de série numé­ro 5), Barbora Strycova (8), Anastasija Sevastova (9), ou encore Anastasia Pavlyuchenkova (6), se sont incli­nées dès le pre­mier tour. La finale Halep – Mertens peut donc appa­raître comme un trompe‐l’oeil au vu de l’hé­ca­tombe ayant tou­ché les autres têtes de série. Du côté de Lexington, toute les têtes de série ont été éli­mi­nées avant les demi‐finales, lais­sant la vic­toire finale à Jennifer Brady, 40e joueuse mondiale. 

Ces deux tour­nois montrent donc, dans des pro­por­tions dif­fé­rentes, une ten­dance favo­rable aux sur­prises sur un cir­cuit WTA déjà habi­tué à ce genre de scé­na­rio. Ainsi, ces deux tour­nois de reprises pour­raient sim­ple­ment signi­fier que rien n’a réel­le­ment changé…

Instagram
Twitter