AccueilATPATP - HambourgPas d'ATP 500 mais une exhibition pour Hambourg ?

Pas d’ATP 500 mais une exhibition pour Hambourg ?

-

Même si l’ATP a publié son nouveau calen­drier de reprise à partir du 14 août avec Washington, les trac­ta­tions sont loin d’être finies en coulisses. Comme le souligne Tennis Magazin alle­mand, l’ATP 500 d’Hambourg, qui était dans l’attente de récu­pérer une nouvelle date, est l’un des « perdants » de ce nouveau calen­drier. L’ATP 250 de Kitzbühel lancera la mini‐saison sur terre battue en Europe dès la deuxième semaine de l’US Open (à partir du 7 septembre). 

Sandra Reichel, direc­trice du tournoi, a expliqué les raisons : « Pour nous, c’était clair : si l’US Open était main­tenu à sa date initiale avec les mesures envi­sa­gées, le tournoi en septembre serait presque impos­sible. Entre deux Grands Chelems, les tour­nois Masters 1000 sur terre battue, Madrid et Rome, seront prio­ri­taires. Il serait peu logique que Hambourg s’engage pour une semaine paral­lèle avec un tournoi du Grand Chelem. D’autant plus que l’ATP prévoit que les dix meilleurs joueurs qui ne parti­cipent pas à l’US Open ne sont pas auto­risés à parti­ciper à un tournoi ATP au cours de la deuxième semaine du tournoi. »

Si une nouvelle mise à jour du calen­drier est prévue pour la mi‐juillet afin de statuer pour la suite de la saison après Roland‐Garros, les orga­ni­sa­teurs d’Hambourg restent atten­tifs à la situa­tion. « S’il existe une possi­bi­lité d’organiser Halmbourg cette année, alors nous sommes prêts » a répété Sandra Reichel à Tennis Magazin. Même si le toit du stade a été refait, il semble peu probable que l’ATP pour­suive la terre battue après Roland‐Garros. Une saison euro­péenne en indoor est privi­lé­giée à la place de la tournée asia­tique. Mais Hambourg n’a pas envie de lâcher l’affaire puisque la possi­bi­lité d’une exhi­bi­tion est dans les tuyaux : « Le stade de Rothenbaum aurait mérité du tennis profes­sionnel cette année, peu importe la forme. L’ensemble des instal­la­tions a été large­ment moder­nisé. » Une situa­tion qui démontre bien la complexité dans laquelle se retrouve certains tour­nois. A suivre…