Accueil Coupe Soisbault La Russie presque trop facile

La Russie presque trop facile

-

Au cours d’une finale d’un très bon niveau, c’est la Russie qui s’im­pose face à la Biélorussie et suc­cède donc au pal­ma­rès à la Serbie. Cette 50ème édi­tion de la Coupe Soisbault dis­pu­tée devant un public nom­breux a aus­si confir­mé que Granville était une vraie terre de ten­nis, l’an­née pro­chaine la phase finale aura lieu en Espagne à Lérida.

La Coupe Soisbault est l’oc­ca­sion d’ob­ser­ver les futurs talents, et cette édi­tion n’a pas déro­gé à la règle. Il fau­dra donc obser­ver avec atten­tion le par­cours de Lapko, Kalinskaya, et aus­si Bondar et Blinkova Même si l’on peut regret­ter le jeu un peu mono­li­thique pro­po­sée de façon géné­rale, il faut aus­si saluer le niveau moyen, tou­jours éle­vé pro­po­sé par l’en­semble des championnes. 

D’ailleurs le pre­mier simple de la jour­née entre Kalinskya et Shymanovich a tenu toutes ses pro­messes notam­ment dans un set déci­sif très indé­cis. Finalement c’est la Russe qui s’im­po­sait et c’é­tait plu­tôt méri­té tant elle avait pro­po­sé tout au long de la par­tie un jeu offen­sif tein­té de vraies varia­tions. D’ailleurs, même mal par­tie au début du 3ème set, elle a su res­ter dans sa filière pour impo­ser sa réelle supé­rio­ri­té tech­nique (4–6, 6–2, 6–4). Mené 1 à 0 la Biélorusse devait alors comp­ter sur Lapko, demi‐finale à Wimbledon en juniors et impres­sion­nante depuis lundi.

Pourtant ner­veuse, peu pré­cise, elle sem­blait plu­tot téta­ni­sée par l’en­jeu et concé­dait la pre­mière manche 6–3. Lors du deuxième set, rien ne chan­geait vrai­ment d’au­tant que Blinkova était tou­jours aus­si solide sans être flam­boyante. Malgré cela, le duel se trans­for­mait en démons­tra­tion et Blinkova pou­vait lever les bras au ciel, et tout le clan russe pou­vait crier un der­nier « Davay », la Russie est cham­pionne d’Europe…

De votre envoyé spé­cial à Granville

Instagram
Twitter