AccueilLe blog de la rédac'Les Williams s'en vont... mais Townsend arrive ?

Les Williams s’en vont… mais Townsend arrive ?

-

Comme à chaque journée, la rédaction vous livre à travers un billet « Blog de la rédac’  » son sentiment sur une actualité – ou pas – survenue lors de la journée à Roland Garros. Aujourd’hui, c’est Simon qui a choisi d’évoquer le cas Taylor Townsend, dont la révélation aux yeux du monde coïncide avec deux grosses déconvenues des soeurs Williams face à des plus jeunes joueuses. Vers une passation de pouvoir ?

Il est 14h30, et c’est le cata­clysme sur Roland Garros. A bout de nerfs, à la limite de craquer sous le poids de la décep­tion et de l’in­com­pré­hen­sion face à un niveau de jeu tota­le­ment indi­geste, Serena Williams vient de craquer face à Garbine Muguruza. Personne ne comprend, que ce soit dans les tribunes où beau­coup sont abasourdis – le regard de Patrick Mouratoglou, son coach, en disait long – ou sur les réseaux sociaux où tout s’est emballé. J’avoue être un peu plus nuancé de mon côté, dans cette bonne vieille rédac­tion lyon­naise où à chaque minute, nous vous livrons le maximum pour vous donner ce que Roland Garros a de mieux a offrir. Non pas que j’ima­gi­nais une dérouillée 6–2 6–2 au deuxième tour, ce qui est tout de même la plus large défaite de Serena dans un tournoi du Grand Chelem. Mais je n’au­rais pas misé sur elle pour la victoire finale. Car sa saison ne m’a déci­dé­ment toujours pas convaincu. Oui, elle a encore trois titres à son actif dont deux tour­nois Premier Mandatory à Miami et Rome – ce qui aurait pu laisser penser à un beau parcours sur terre battue. Sauf que ça ne suffit pas. Il faut regarder le niveau de jeu et l’in­ves­tis­se­ment des adversaires.

Car quand elles n’entrent pas la peur au ventre, certaines femmes ont réussi à faire craquer à force de téna­cité une Américaine bien moins mobile sur le court. Ana Ivanovic à Melbourne, Alizé Cornet à Dubaï, Jana Cepelova à Charleston et main­te­nant Garbine Muguruza sur le Lenglen à Roland Garros. Ces joueuses ont compris que de cher­cher à déplacer la carcasse de la cham­pionne pouvait permettre de trouver des espaces ET de la pousser plus souvent à la faute. Et je ne sens pas que Serena a encore envie de bouger sur le court. L’Américaine semble se reposer un peu sur ses lauriers, proba­ble­ment fati­guée aussi à 32 ans et après deux années 2012 et 2013 canons. Le constat est un peu diffé­rent pour Venus Williams. Cela fait un moment qu’elle n’est plus que l’ombre de la grande joueuse qu’elle était et que l’on sait qu’elle n’est pas une joueuse taillée pour la terre battue. Mais qu’une jeune joueuse comme Schmiedlova la sorte donne certains indices sur la donne qui s’ins­talle : les soeurs Williams ne font plus telle­ment peur, et la nouvelle géné­ra­tion veut en profiter. Bouchard, Muguruza, Tomljanovic, Garcia, etc… 

Mais atten­tion ! Je ne dis pas que nous sommes sur une fin de règne pour la paire de soeurs la plus célèbre de l’Histoire du tennis. Juste qu’une nouvelle compé­ti­tion, plus acharnée, devrait faire son arrivée prochai­ne­ment. Et parmi les gamines qui en veulent, on a trouvé un sacré bout de femme : Taylor Townsend. Alors c’est vrai, faire le compa­ratif avec les soeurs Williams et plus prin­ci­pa­le­ment Serena est très, très tentant. Afro‐américaine comme elle, d’un gabarit simi­laire, Townsend est aussi une grande fan de la numéro 1 mondiale. Mais il y a quand même une diffé­rence qui fait penser qu’elle pour­rait se distin­guer à terme. Elle bouge plus vite, et possède surtout une vitesse de bras ahuris­sante pour une femme et pour une joueuse de seule­ment 18 ans. Demandez à Alizé Cornet ce qu’elle en pense. Non seule­ment sa frappe est lourde, mais elle est capable de l’en­clen­cher dans toutes les posi­tions possibles. Ce qui, couplé à son talent évident, pour­rait la placer très rapi­de­ment parmi les meilleures joueuses du monde dans très peu de temps.

De là à parler de passa­tion de pouvoir ? N’allons pas trop vite. Car au même niveau qu’elle, en 2011, on prédi­sait une ascen­sion fulgu­rante pour Caroline Garcia qui a fina­le­ment dû attendre 2014 pour entrer dans le top 50. A voir si l’école améri­caine a toujours cette avance qui a permis à Sloane Stephens de bondir parmi les 20 meilleures joueuses mondiales très rapi­de­ment. Et puis, enterrer Serena Williams pour une contre‐performance à Roland où elle a déjà pu perdre au premier tour par le passé, c’est sous‐estimer l’or­gueil de cette cham­pionne. En tout cas, comme bon nombre de commen­ta­teurs, Taylor nous a conquis. A suivre de très près…

    Djokovic… ou Nadal ?

    Serena éliminée !

    Nadal s’en­traîne à deux pas…